Ce mot fait peur !

C’est un peu comme les mots : « cancer », « coupable », « sans espoir », « ruiné », « condamné »

Cette notion semble incohérente avec la Bible car elle nous invite à confesser nos péchés pour que, selon la promesse divine, Dieu puisse nous les pardonner :

1 Jean 2 :1

« Mes petits-enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. »

Certains chrétiens vivent avec cette crainte d’avoir commis le « péché impardonnable ». Ceci constitue un fardeau écrasant qui les empêche de jouir de la vie.

Qu’en -est-il du péché impardonnable ?

S’agit-il d’une action ou d’un acte précis ?

Comment savoir si j’ai commis un tel péché ?

Comment me prémunir contre cet offense ?

Voyons ce que la Bible a à nous dire à ce sujet

 

Le péché impardonnable

 

Lisons attentivement le texte, il se trouve en :

 

Matthieu 12 :31-32

« C’est pourquoi je vous dis : Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné. 

[32] Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. »

L’Evangile de Luc nous rapporte le même fait et Marc, quant à lui, nous dit :

Marc 3 :29

« Mais quiconque blasphémera contre le Saint-Esprit n’obtiendra jamais de pardon : il est coupable d’un péché éternel. »

 

Blasphémer ou parler contre le Saint Esprit est impardonnable.

 

Dieu promet de pardonner tout péché si nous le confessons :

Actes 13 :38

« Sachez donc, hommes frères, que c’est par lui (Jésus) que le pardon des péchés vous est annoncé, »

Toute personne qui s’approche de Dieu par la prière et la repentance et qui demande pardon est pardonné sans condition.

La Bible ne cache pas les transgressions des grands hommes de foi afin de nous encourager à persévérer et à faire comme eux, c’est-à-dire à revenir vers Dieu si nous l’avons offensé :

 

Le meurtre de David :

Nous connaissons l’histoire de David, comment il a commis l’adultère avec Bathsheba et, pour le cacher aux hommes, il fit tuer son mari sur le champ de bataille. Bien que ce fut un crime très grave, pourtant quand le prophète vint le lui révéler il dit :

 

2 Samuel 12 :13

[13] David dit à Nathan : J’ai péché contre l’Eternel ! Et Nathan dit à David : L’Eternel pardonne ton péché, tu ne mourras point.

L’Eternel lui a pardonné instantanément !

La condition pour recevoir le pardon c’est la confession et la repentance sincères pour tous les péchés quels qu’ils soient.

Donc du côté de Dieu et dans les conditions que nous venons d’énumérer, le « péché impardonnable » n’existe pas : Dieu est toujours prêt à tout pardonner.

 

Le problème du côté de l’homme :

L’homme, par son attitude de résistance à la voix de Dieu qui parle par sa conscience, se place au-delà du cercle du pardon divin. Il devient petit à petit insensible et la voix finit par se taire. Il est aveuglé et ne voit même plus que c’est un péché, Il n’a plus envie de s’humilier, de confesser et de se repentir : c’est alors que l’on péche contre le Saint Esprit :

Un exemple : Judas Iscariote 

Pendant trois ans, Judas a vécu auprès de Jésus. Il a vu Ses grands miracles de première main. Jésus a essayé de le transformer mais Judas a résisté. Il est resté accroché à ses penchants naturels : égoïsme, avarice, orgueil, amour de l’argent et de la position…

Lors du dernier souper de Jésus, quand celui-ci lui a lavé ses pieds, sont cœur a été de nouveau touché par le Saint Esprit mais il a résisté à nouveau et il est parti rapidement pour trahir son maître.

Ce soir là, Judas revint avec la foule, et là encore, il  eut une autre opportunité de se repentir. 

Luc 22 :48

« Et Jésus lui dit : Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme ! »

  Jésus ne le condamne pas… mais plaide auprès de son cœur !

Malgré tout cela, Juda résiste. Cependant  s’il s’était repenti sincèrement pendant le procès de Jésus Il aurait été pardonné mais Il s’est placé lui-même en dehors du cercle du pardon de Dieu. Il ne voulait pas, son cœur ne pouvait pas revenir en arrière et c’est là le Péché contre le Saint Esprit.

Mais cette même nuit Judas s’est pendu :

Matthieu 27 :5

« Judas jeta les pièces d’argent dans le temple, se retira, et alla se pendre. »

Le péché contre le Saint Esprit (répétons-le : la résistance à l’action de l’Esprit en nous) a mis Judas hors d’atteinte du pardon divin.  Il s’est suicidé parce que la lutte mentale qu’Il a dû soutenir en se sentant coupable d’avoir fait condamner à mort Jésus, le Fils de Dieu innocent a été insupportable. Il a été selon l’expression utilisé par l’apôtre Marc :

Marc 3 :29

« Coupable d’un péché éternel. »

Son péché n’est pas éternel, ce sont les conséquences qui sont éternelles. Il en est de même du feu éternel de l’Enfer : ce feu n’est pas éternel mais ces conséquences.

Judas s’est pendu et lors de la deuxième résurrection après le Millenium ; Il se lèvera pour recevoir sa rétribution : la destruction éternelle, c’est une histoire bien triste !

 

L’exemple de Pierre

Cette nuit-là, alors que Judas a commis le péché impardonnable, Pierre a lui-aussi commis une faute très grave : Il a renié Jésus publiquement par des jurons et des imprécations et cependant un seul regard de Jésus l’a rétabli dans une bonne relation avec Dieu, pourquoi ? Parce qu’il a regretté sincèrement ce qu’il venait de faire :

Matthieu 26 :75

« Et Pierre se souvint de la parole que Jésus avait dite : Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Et étant sorti, il pleura amèrement. »

 

Le Saint Esprit essaie toujours de nous amener à la repentance. Si nous lui résistons, SA voix deviendra de plus en plus faible jusqu’à ce que nous ne l’entendions plus. C’est alors que nos cœurs endurcis n’auront plus envie de demander pardon pour revenir vers Dieu.

 

Comment savoir si j’ai commis un tel péché ?

Cher ami, si tu ressens ta misère humaine, ta faiblesse, si tu as envie de te mettre en règle avec Dieu c’est un bon signe. Quel que soit le péché que tu aies pu commettre, Dieu est prêt à te pardonner. Tu n’est pas au-delà du cercle du pardon divin.

Devant tout péché ou action mauvaise ou parole blessante, la démarche à suivre est simple :

Demander pardon à Dieu en toute sincérité, demander pardon à celui que nous avons offensé, et restituer le mal occasionné (Si j’ai volé il faut rendre l’argent). Si j’ai commis un crime il faut le confesser et endurer les conséquences même si elles sont dures à supporter. 

C’est la seule façon de pouvoir à nouveau jouir de la paix de Dieu. Cette dernière démarche est difficile à suivre mais Dieu nous a promis Son aide.

Les conditions pour être accepté de Dieu ont toujours été les mêmes.

« Celui qui cache ses transgressions ne prospère point, Mais celui qui les avoue et les délaisse obtient miséricorde. »

 

Parler contre le Fils de l’homme est pardonnable mais parler contre le Saint Esprit non, Pourquoi ?

Dans le Trio Divin chacun a un rôle comme nous l’avons expliqué dans notre vidéo sur le Saint Esprit.

Le rôle du Saint Esprit est celui de nous sanctifier, de nous ramener vers Dieu, c’est Lui qui nous convainc de péché :

Jean 16 :7-8

« Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai.

[8] Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement. »

 

C’est pourquoi, comme nous venons de le voir, celui que résiste à l’action de cet agent divin se place lui-même volontairement, peut-être inconsciemment au-delà du pardon Divin. Nous rejetons le seul moyen que Dieu utilise justement pour nous convaincre de péché et nous ramener vers Lui.

Les dirigeants juifs du temps de Jésus résistèrent à toutes les évidences que le Saint Esprit leur montrait : des miracles, des morts ressuscités, des foules nourries, des aveugles guéris etc… Ils étaient tellement endurcis qu’ils payèrent des faux témoins pour accuser Jésus car ils voulaient s’en débarrasser.

Durant le procès de Jésus, le souverain sacrificateur manifesta son obstination et sa résistance au Saint Esprit :

Matthieu 26 :63-66

« Jésus garda le silence. Et le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit : Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu.

[64] Jésus lui répondit : Tu l’as dit. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.

[65] Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, disant : Il a blasphémé ! Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? Voici, vous venez d’entendre son blasphème.

[66] Que vous en semble ? Ils répondirent : Il mérite la mort. »

 

Et là ils commirent le péché contre le Saint Esprit ! Ils fermèrent leurs yeux devant toutes les évidences qui dévoilaient clairement la divinité de Jésus ! Ils étaient inexcusables !

L’être humain qui ferme son cœur à l’Esprit de Dieu peut devenir très cruel. C’est pourquoi :

 

Nous devons garder nos consciences sensibles

Éphésiens 4 :30

« N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. »

La conscience est la voix de Dieu que l’on entend au milieu de conflit des passions humaines, quand on lui résiste, le Saint Esprit est attristé.

Si nous gardons nos consciences sensibles nous seront prémunis contre l’endurcissement du cœur.

 

Et comment garder nos consciences sensibles ? 

En obéissant à ce que la Parole de Dieu nous indique.

Psaumes 119 :105

« Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une lumière sur mon sentier. »

 

N’oublions pas que Dieu est amour. Son désir est de nous sauver mais Il ne peut nous forcer !

Etudions la Parole, suivons Ses directives, obéissons aux vérités au fur et à mesure que nous les découvrons. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons garder nos consciences sensibles et que nous serons préservés du péché impardonnable.

 

En conclusion :

Le blasphème contre le Saint Esprit ne consiste pas en une action ou des paroles dites ponctuellement mais il s’agit d’une résistance continuelle à la vérité et aux évidences que l’Esprit de Dieu nous donne pour nous amener à la repentance. C’est résister à l’œuvre qu’Il veut accomplir en nous : c’est-à-dire nous convaincre de « péché, de justice et de jugement » en d’autres termes nous sanctifier et nous préparer pour le royaume céleste.