Nous pouvons tous faire cette erreur : prendre un verset biblique et l’interpréter pour que notre style de vie ne soit pas remis en question et pour garder bonne conscience. Mais nous devrions regarder les indices que donne la Parole de Dieu et considérer les versets environnants ainsi que tous les autres versets bibliques traitant du même sujet. Prendre un verset et l’interpréter selon notre bon plaisir ne rendra pas notre vie meilleure car c’est la vérité qui nous libère : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. » – Jean 8:32.

N’oublions pas que la Bible utilise des symboles et des paraboles pour rendre plus claire la signification d’un message et ainsi mieux faire comprendre certaines vérités.

LA VISION DE PIERRE : « Il eut faim, et il voulut manger. Pendant qu’on lui préparait à manger, il tomba en extase. Il vit le ciel ouvert, et un objet semblable à une grande nappe attachée par les quatre coins, qui descendait et s’abaissait vers la terre, et où se trouvaient tous les quadrupèdes et les reptiles de la terre et les oiseaux du ciel. Et une voix lui dit: Lève-toi, Pierre, tue et mange. Mais Pierre dit: Non, Seigneur, car je n’ai jamais rien mangé de souillé ni d’impur. Et pour la seconde fois la voix se fit encore entendre à lui: Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé. Cela arriva jusqu’à trois fois ; et aussitôt après, l’objet fut retiré dans le ciel. » – Actes 10:10-16

—> Mise en contexte

Si nous mettons tout le chapitre dans son contexte, nous voyons que cette vision fut donnée à Pierre pour symboliser la nécessité de partager l’Évangile également aux Gentils. Nous comprenons ainsi que dans ces versets Dieu n’est pas en train de dire à Pierre de manger de la nourriture impure : les animaux impurs ont été utilisé comme métaphore pour symboliser les Gentils (communément appelé non-juifs) comme nous pouvons le lire dans les versets suivants :

« Tandis que Pierre ne savait en lui-même que penser du sens de la vision qu’il avait eue, voici, les hommes envoyés par Corneille, s’étant informés de la maison de Simon, se présentèrent à la porte, et demandèrent à haute voix si c’était là que logeait Simon, surnommé Pierre. Et comme Pierre était à réfléchir sur la vision, l’Esprit lui dit : Voici, trois hommes te demandent ; lève-toi, descends, et pars avec eux sans hésiter, car c’est moi qui les ai envoyés. Pierre donc descendit, et il dit à ces hommes : Voici, je suis celui que vous cherchez ; quel est le motif qui vous amène ? Ils répondirent : Corneille, centenier, homme juste et craignant Dieu, et de qui toute la nation des Juifs rend un bon témoignage, a été divinement averti par un saint ange de te faire venir dans sa maison et d’entendre tes paroles. Pierre donc les fit entrer, et les logea. Le lendemain, il se leva, et partit avec eux. Quelques-uns des frères de Joppé l’accompagnèrent. Ils arrivèrent à Césarée le jour suivant. Corneille les attendait, et avait invité ses parents et ses amis intimes. Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était allé au-devant de lui, tomba à ses pieds et se prosterna. Mais Pierre le releva, en disant : Lève-toi ; moi aussi, je suis un homme. Et conversant avec lui, il entra, et trouva beaucoup de personnes réunies. Vous savez, leur dit-il, qu’il est défendu à un Juif de se lier avec un étranger ou d’entrer chez lui ; mais Dieu m’a appris à ne regarder aucun homme comme souillé et impur. C’est pourquoi je n’ai pas eu d’objection à venir, puisque vous m’avez appelé ; je vous demande donc pour quel motif vous m’avez envoyé chercher. Corneille dit : Il y a quatre jours, à cette heure-ci, je priais dans ma maison à la neuvième heure ; et voici, un homme vêtu d’un habit éclatant se présenta devant moi, et dit : Corneille, ta prière a été exaucée, et Dieu s’est souvenu de tes aumônes. Envoie donc à Joppé, et fais venir Simon, surnommé Pierre ; il est logé dans la maison de Simon, corroyeur, près de la mer. Aussitôt j’ai envoyé vers toi, et tu as bien fait de venir. Maintenant donc nous sommes tous devant Dieu, pour entendre tout ce que le Seigneur t’a ordonné de nous dire. Alors Pierre, ouvrant la bouche, dit : En vérité, je reconnais que Dieu ne fait point acception de personnes, mais qu’en toute nation celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable. » Actes 10: 17-35

MATTHIEU 15:11: « Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme. » et MARC 7:15: « Il n’est hors de l’homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller; mais ce qui sort de l’homme, c’est ce qui le souille. »

Mise en contexte —>

Le problème pris naissance avec la tradition des Pharisiens de se « laver les mains » avant de manger. Ils utilisaient un test afin de savoir s’ils pouvaient vous côtoyer ou non : “si vous mangez la
nourriture de notre loi, de la façon dont notre loi le prescrit, vous lavant les mains comme notre loi le dit, alors vous serez digne d’entrer en communion fraternelle avec nous”. Jésus ne s’est pas conformé à cela et n’a pas exigé de Ses disciples de le faire non plus. L’enseignement de Jésus ici n’est pas contre le lavement des mains ni sur le fait que ce que l’on mange ou ce que l’on boit n’a pas d’importance. Il dit que ce qui souille c’est le péché qui vient du cœur et non de la nourriture qui va dans notre estomac, ni de la façon de se laver les mains. Jésus dit clairement que Sa
« métaphore » concernait les mains non lavées et non la nourriture impure. Au contraire, Jésus rappelle encore ici l’importance des commandements et de la loi mais qu’Il est contre les traditions des hommes.

« Alors des pharisiens et des scribes vinrent de Jérusalem auprès de Jésus, et dirent: Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens? Car ils ne se lavent pas les mains, quand ils prennent leurs repas. Il leur répondit: Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition? Car Dieu a dit: Honore ton père et ta mère; et: Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous, vous dites: Celui qui dira à son père ou à sa mère: Ce dont j’aurais pu t’assister est une offrande à Dieu, n’est pas tenu d’honorer son père ou sa mère. Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit: Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Ayant appelé à lui la foule, il lui dit: Écoutez, et comprenez. Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme. Alors ses disciples s’approchèrent, et lui dirent: Sais-tu que les pharisiens ont été scandalisés des paroles qu’ils ont entendues? Il répondit: Toute plante que n’a pas plantée mon Père céleste sera déracinée. Laissez-les: ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse. Pierre, prenant la parole, lui dit: Explique-nous cette parabole. Et Jésus dit: Vous aussi, êtes-vous encore sans intelligence? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre, puis est jeté dans les lieux secrets? Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c’est ce qui souille l’homme. Car c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies. Voilà les choses qui souillent l’homme;
mais manger sans s’être lavé les mains, cela ne souille point l’homme. » Matthieu 15:1-20

1 TIMOTHÉE 4:4: « Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté, pourvu qu’on le prenne avec actions de grâces, »

Mise en contexte —>

Ce verset semble dire que nous pouvons maintenant manger toutes les viandes. Mais en lisant les versets environnant nous pouvons comprendre la signification. Dans le verset suivant, 1 Timothée 4:5 nous lisons: « Parce que tout est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière ». « Sanctifier » signifie « mettre à part dans un but précis ». Certaines créatures sont sanctifiées par Dieu. La liste des viandes sanctifiées est décrite dans Lévitique 11 et dans Deutéronome 14.

ROMAINS 8:1: « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l’esprit; »

Mise en contexte —>

Nous ne devons pas nous tromper sur la signification de marcher « selon la chair » ou « selon l’esprit ». Il n’y a pas de troisième alternative : soit nous sommes pour Dieu, soit nous sommes pour Satan (et parfois sans même le savoir !) Pour mieux comprendre, lisons les versets suivants et particulièrement les versets 6 à 8: « Et l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix; car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas. Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. » Ceux qui marchent selon la chair affectionnent la chair autrement dit ils ont une passion et un appétit pour les choses mondaine, temporaire et pécheresse. Ceux qui marchent selon l’Esprit suivent Christ, L’aiment et garde donc Ses commandements.

1 TIMOTHÉE 4:1-3: « Cependant, l’Esprit déclare clairement que, dans les derniers temps, plusieurs se détourneront de la foi parce qu’ils s’attacheront à des esprits trompeurs et à des enseignements inspirés par des démons. Ils seront séduits par l’hypocrisie de prédicateurs de mensonge dont la conscience est comme marquée au fer rouge. Ces gens-là interdiront le mariage, et exigeront que l’on s’abstienne de certains aliments, alors que Dieu a créé toutes choses pour que les croyants, ceux qui connaissent la vérité, en jouissent avec reconnaissance. »

Mise en contexte —>

En étudiant la Bible et l’histoire nous pouvons identifier le groupe décrit par ces versets, qui non seulement ordonne de s’abstenir de certains aliments mais également de ne pas se marier. Mais notre but ici n’est pas de nous concentrer sur leur identité. Le mot grec pour « aliment » est « brōma ». Si nous plaçons ces versets dans leur contexte, ces faux prédicateurs enseignent à leurs disciples qu’ils devraient arrêter de manger ce qui est manifestement des aliments purs : « que Dieu a créé … pour que les croyants, ceux qui connaissent la vérité, en jouissent avec reconnaissance ». Le verset 5 nous dit : «Car tout ce qu’il a créé est saint lorsqu’on l’utilise conformément à sa Parole et avec prière.» Donc au travers de ces versets Dieu nous dit que tout ce qui répond à ces 2 critères est bon à manger : 1) il doit être sanctifié conformément à sa Parole 2) on doit prier sur ces aliments avec actions de grâces. Là sont les 2 conditions pour qu’un aliment puisse être accepté dans le régime alimentaire d’un chrétien. Les aliments sanctifiés par la Parole de Dieu sont les aliments purs.

GENÈSE 9:3: « Tout ce qui se meut et qui a vie vous servira de nourriture: je vous donne tout cela comme l’herbe verte ; »

Mise en contexte —>

En lisant seulement ce verset nous pourrions penser que Dieu dit que nous pouvons manger toutes les créatures que nous voulons. Mais est-ce le cas ?

Cela signifierait que Dieu nous dirait de manger des créatures qui sont toxiques pour nous et qui pourraient même nous tuer immédiatement ! Dieu dit également que nous pouvons manger « l’herbe verte » mais nous savons tous que nous ne pouvons pas manger certaines espèces telle que le sumac vénéneux qui est mortel. Nous devons utiliser notre bon sens. L’expression « tout ce qui se meut » doit être compris de la même manière que « l’herbe verte ». Quand nous replaçons ce verset dans son contexte, nous apprenons que cela fut dit à Noé après le déluge. Comme
mentionné à la page 14, 7 pairs d’animaux purs sont entrés dans l’arche mais seulement 2 pairs d’animaux impurs. (Genèse 7:2) Si Dieu permettait à Noé et à sa famille de manger même les animaux impurs, plusieurs de ces espèces auraient été en voie d’extinction. Ainsi, avant d’arriver à nos propres conclusions, nous devrions prendre en considération tous les versets de la Bible traitant du sujet. Quand nous lisons les autres versets sur ce sujet il devient clair que Dieu autorisa Son peuple à manger certains aliments et à s’abstenir d’autres. (Lire la page 14 pour en apprendre plus.) Dieu énonça clairement que ceux qui mangent des choses abominables (en connaissance de cause) périront : « Ceux qui se sanctifient et se purifient dans les jardins, Au milieu
desquels ils vont un à un, Qui mangent de la chair de porc, Des choses abominables et des souris, Tous ceux-là périront, dit l’Éternel. » – Esaïe 66:17

Ce texte provient du livre “The Bible Diet” que vous pouvez obtenir sur Amazon.