Le sujet du Coronavirus fait la Une de l’actualité. Toutes les informations tournent autour de cette pandémie. Les nouvelles infections, les hospitalisations, le nombre de morts, tout est décompté jour par jour et pays par pays créant une psychose et une panique impressionnantes. L’économie du monde est paralysée et beaucoup d’entreprises craignent la faillite.

L’ordre de confinement a créé dans plusieurs pays une crise sociale grave, surtout dans les pays pauvres où les gens dépendent au jour le jour de leurs revenus quotidiens. Les gens sont confrontés au dilemme : confinement et mourir de faim ou transgresser les règles du gouvernement avec des amendes.

Certains chrétiens disent qu’il faut prier Dieu pour qu’Il arrête cette pandémie. Vraiment ?

Quelles sont les leçons que nous pouvons tirer de cette crise en tant que chrétiens vivant à la fin des temps ?

 

La crise du Coronavirus : Un avertissement pour le monde et un signe pour le peuple de Dieu

La crise du Coronavirus est la plus importante des temps modernes. Depuis la pandémie de la « grippe espagnole » en 1918, le monde n’avait pas été confronté à une telle catastrophe sanitaire. L’augmentation de la connaissance scientifique, la découverte de nos ennemis : les virus, bactéries et germes, la mise en place de traitements chimiques, le progrès fulgurant de la médecine, toutes ces choses avaient masqué pendant un certain temps notre fragilité. On se croyait à l’abri de pandémies similaires à celles qui ont frappé le monde dans les siècles passés.

Maintenant, cette crise nous fait comprendre combien nous sommes loin de maitriser, de comprendre les mécanismes de mort mis en place par le péché. La virulence du péché est comparable à l’action des virus et cela nous révèle notre vulnérabilité. 

Avec la chute de l’homme, Dieu lui avait dit :

Genèse 3 :19

« C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. »

Dans la phrase : « …et tu retourneras dans la poussière » il y a toute une science cachée, qui est la science de la mort. Celle-ci se traduit par : la maladie, les infections, la fièvre, la souffrance. Ce mécanisme de « mort » nous détruit, nous « rend poussière » pour utiliser le terme biblique ? 

Les virus, les bactéries, les germes, les parasites, et d’autres microorganismes similaires font partie de ces mécanismes de mort qui se sont mis en place avec le péché pour justement faire que l’homme retourne dans la poussière !

 

La vitalité des antédiluviens

Aux origines la maladie était inexistante. Les antédiluviens vivaient très longtemps. Même avec le péché, l’homme avait gardé une très grande vitalité. Pourtant tous ces éléments de mort étaient déjà présents : les virus, bactéries, germes etc…

Le système immunitaire de l’homme fonctionnait parfaitement et le maintenait en bonne santé. Les conditions de la Terre étaient encore très bonnes : l’air était pur, la pollution inexistante. Tout cela faisait que les hommes atteignaient l’âge de 900 ou 1000 ans et ils mouraient de vieillesse.

Genèse 5 :27

« Tous les jours de Metuschélah furent de neuf cent soixante-neuf ans ; puis il mourut. »

Dieu avait donné à l’homme en Eden, un régime végétal. La viande ne faisait pas partie de son régime originel.

Genèse 1 :29

« Et Dieu dit : Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. »

Ce régime incluait les céréales, les graines oléagineuses, les noix, et les fruits.

Tous ceux qui se conformaient aux directives divines recevaient une bénédiction.

Dieu se proposait de guider l’homme dans ce monde rendu hostile par l’entrée du Péché. Aussi longtemps que l’homme se conformait à Ses directives il pouvait compter sur Sa protection.  Il en est de même aujourd’hui. Notre part consiste à comprendre ce que Dieu nous conseille de faire et ensuite, avec Son aide, de le mettre en pratique.

Malheureusement, la plupart des hommes ne voulurent pas suivre les instructions divines. Ils commencèrent à tuer des animaux pour les manger. Et ils firent des choses bien pire encore car la Bible nous dit que la perversion de la race fut si grande que Dieu décida de l’exterminer :

Genèse 6 :7

« Et l’Eternel dit : J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles, et aux oiseaux du ciel ; car je me repens de les avoir faits. »

Dieu choisit Noé, un homme juste, pour annoncer au monde sa destruction et lui donner une autre chance :

Genèse 6 :11-13

« La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence.

[12] Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre.

[13] Alors Dieu dit à Noé : La fin de toute chair est arrêtée par devers moi ; car ils ont rempli la terre de violence ; voici, je vais les détruire avec la terre. »

 

La durée de vie de l’homme fut réduite :

Genèse 6 :3

« Alors l’Eternel dit : Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. »

A partir du déluge, nous voyons une diminution très rapide de la longévité humaine :

Noé vécut encore comme les antédiluviens 950 ans :

Genèse 9 :29

« Tous les jours de Noé furent de neuf cent cinquante ans ; puis il mourut. »

Ses enfants vécurent environ 600 ans :

Genèse 11 :10-11

« Voici la postérité de Sem. Sem, âgé de cent ans, engendra Arpacschad, deux ans après le déluge.

[11] Sem vécut, après la naissance d’Arpacschad, cinq cents ans ; et il engendra des fils et des filles. »

 

Abraham quelques générations plus tard vécut 175 ans :

Genèse 25 :7

« Voici les jours des années de la vie d’Abraham : il vécut cent soixante-quinze ans. »

 

Joseph plus tard mourut à l’âge de 110 ans

Genèse 50 :26

« Joseph mourut, âgé de cent dix ans. On l’embauma, et on le mit dans un cercueil en Egypte. »

Et ainsi de suite jusqu’à atteindre l’âge de 70 et 80 pour les plus forts :

Psaumes 90 :10

« Les jours de nos années s’élèvent à soixante-dix ans, Et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans ; Et l’orgueil qu’ils en tirent n’est que peine et misère, Car il passe vite, et nous nous envolons. »

En quelques générations la moyenne de vie de l’homme a été raccourcie de 90 % et sa vitalité a diminué proportionnellement. L’homme devenait de plus en plus vulnérable à la maladie.

 

Le programme de santé divin

Dieu avait donné des directives à Son peuple Israël pour préserver sa santé (voir vidéo sur la Santé et la Bible)

Certains aliments devaient être évités car considérés comme impurs, c’est-à-dire toxiques, ou impropres à la consommation.

Le livre du Lévitique dresse une liste d’aliments purs et d’aliments impurs. Il révèle aussi tout un style de vie qui, bien appliqué, aboutissait à la santé physique, mentale et spirituelle. Toutes ces recommandations se trouvent dans les livres du Lévitique et du Deutéronome.

De plus, Dieu a accompagné ses recommandations de promesses pour préserver Son peuple de la maladie s’il vivait dans l’obéissance :

Exode 15 :26

« Il dit : Si tu écoutes attentivement la voix de l’Eternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Egyptiens ; car je suis l’Eternel, qui te guérit. »

Cette promesse est aussi pour ceux qui vivent au temps de la fin.

Si le monde voulait se conformer au plan divin dans tous ses détails il serait préservé par Ses lois. C’est Sa parole qui nous le dit et Dieu tient toujours Sa Promesse.

 

Dans ces temps qui sont les derniers, Dieu nous conseille de revenir au régime originel donné en Eden c’est à dire manger des aliments végétaux et nous abstenir de viandes et de poissons. La création animale souffre des effets de la méchanceté humaine. Les élevages industriels forcent les animaux à vivre dans des conditions néfastes et malsaines et ils sont affligés de maladies. Même les poissons de la mer sont saturés de produits toxiques à cause de la pollution des océans.  L’animal est considéré comme une marchandise et traité comme telle.

 

La détérioration progressive de la santé humaine (les mutations génétiques)

A chaque nouvelle génération des mutations génétiques néfastes apparaissent. Cela signifie que la santé humaine se dégrade progressivement.

Par conséquent le monde à cause du péché ne peut pas vivre indéfiniment. Les ressources sont limitées et ne peuvent pas soutenir une démographie exponentielle

Cette détérioration faisait partie de la malédiction du péché. Mais si le monde s’était conformé aux directives divines, nous n’en serions pas là. La souffrance n’aurait pas eu autant d’impact sur la race humaine.

 

Les villes : source de pollution

Le plan idéal de Dieu était que chaque famille habite à la campagne où elle pouvait cultiver sa nourriture et être indépendante. La vie à la campagne renferme de grandes bénédictions, elle expose aux éléments bienfaisants du soleil, de l’air, de l’exercice, du travail utile. Elle apporte de grandes récompenses. Là encore, les hommes n’ont pas voulu suivre le plan divin.

Cain, le premier meurtrier et rebelle fut le fondateur des villes :

Genèse 4 :17

« Caïn connut sa femme ; elle conçut, et enfanta Hénoch. Il bâtit ensuite une ville, et il donna à cette ville le nom de son fils Hénoch. »

Et les villes n’ont pas arrêté de grandir. Aujourd’hui 80 % de la population mondiale vit entassée dans les villes.

Les inconvénients des villes sont nombreux :

  • Pollution de l’environnement
  • Confinement
  • Promiscuité 
  • Saleté
  • Propices aux épidémies, à la perversion morale, à la criminalité 
  • Dépendantes de la campagne pour la nourriture, donc très vulnérables

 

Les pandémies du Moyen âge

Au fur et à mesure que les siècles passaient, les conditions de vie se détérioraient. La pollution, l’augmentation de la population, le confinement des gens dans les villes, l’insalubrité, toutes ces conditions ont favorisé la propagation des plus grandes pandémies de l’histoire :

  • La peste bubonique
  • Le choléra
  • La tuberculose…

L’ignorance des microbes responsables de ces maladies faisaient que les gens étaient totalement impuissants pour les contenir. Ils voyaient les maladies comme des malédictions de la part de Dieu et s’engageaient à trouver des « boucs émissaires » responsables de ces actes de la colère divine. Les Juifs en Europe furent victimes de ces superstitions. Ils furent accusés d’être la cause de la « peste noire » et ils payèrent un lourd tribut. La vérité était toute autre : les hommes récoltaient les fruits de leur mépris des lois de la santé, mangeant des aliments impurs interdits par Dieu, vivant dans des conditions insalubres. Le corps humain s’affaiblissait sous le coup de tous ces abus et les pandémies décimaient les populations. Prenons pour exemple la peste bubonique qui tua un tiers de la population européenne au Moyen âge.

 Mais en fait, qui faut-il blâmer ?

 Dieu ou les hommes ?

 

La découverte des « germes pathogènes » Pasteur, Koch et Béchamp

A la fin du 19ème siècle, Louis Pasteur va enfin découvrir, grâce à l’invention du microscope, quelques-uns de ces terribles ennemis invisibles. Ce fut la première grande découverte scientifique des temps modernes. Enfin une explication était donnée à toutes ces maladies dévastatrices.  Le médecin Allemand Robert Koch découvrit les bactéries qui provoquaient la tuberculose et le choléra.

A partir de là, les progrès en bactériologie n’ont cessé d’augmenter. 

Deux philosophies de la santé sont nées en même temps et dans le même pays : celle de Louis Pasteur et celle moins connue du médecin Antoine Béchamp. Ils se sont opposés scientifiquement tout au long de leurs carrières.

Pour Pasteur il faut découvrir l’ennemi (bactérie, germe) et l’éliminer en accoutumant le corps à sa présence : c’est le principe de la vaccination. On introduit un germe affaibli de la maladie pour que le corps développe une immunité contre lui.

 Pour Béchamps, contemporain de Pasteur il faut soigner le « terrain ». Le corps où le système immunitaire fonctionne correctement n’a pas besoin de s’inquiéter du virus. Il se défend lui-même !

Pour les antédiluviens, il en était ainsi. Leurs corps combattaient la maladie facilement.

On raconte que à la fin de sa vie, Louis Pasteur aurait dit « Béchamp avait raison, le microbe n’est rien, le terrain est tout ». C’est le principe de la naturopathie moderne où le thérapeute essaie de fortifier le système immunitaire pour combattre la maladie.


Voici ce qui fortifie le système immunitaire : 

  • Boire uniquement de l’eau pure et non des boissons gazeuses 
  • Manger des aliments végétaux cuisinés de manière simple et non pas des produits industriels remplis de graisses, d’additifs et de conservateurs.
  • S’abstenir de drogues : tabac, café, alcool, thé …
  • Respirer de l’air pur de la campagne et non l’air vicié et pollué des villes
  • S’exposer aux rayons bienfaisants du soleil qui produisent de la vitamine D et sont microbicides et non aux lumières artificielles, aux écrans de télé qui nous bombardent d’ondes
  • Faire du jardin, c’est le meilleur des exercices, qui développe tous les muscles du corps, plutôt que de rester allongé devant son poste de télé
  • Se reposer convenablement, se coucher tôt, les soirées tardives enlèvent les bénéfices des heures de repos avant minuit qui sont beaucoup plus réparatrices
  • Se lever tôt pour passer du temps avec Dieu, lire Ses promesses et fortifier ainsi sa foi

Combien la vie moderne a éloigné l’humanité de ces principes de santé !

C’est pourquoi toutes les maladies dites de civilisation sont endémiques : diabète, maladies cardiovasculaires, obésité, allergies, cancer, infections etc.

Si l’humanité veut revenir à la santé, elle doit revenir aux pratiques naturelles instaurées en Eden.

 

Détérioration moderne de l’environnement

A la détérioration de la santé humaine au cours des siècles, s’ajoute la détérioration extrême de l’environnement des temps modernes : 

  • Les pesticides
  •  La radioactivité des centrales nucléaires
  •  Les gaz d’échappement 
  •  Les ondes électromagnétiques des portables, des compteurs Linky, des wifi et tout le reste. 

 

Nous sommes très mal en point.

L’alimentation industrielle, les additifs, les conservateurs s’avèrent être des « perturbateurs endocriniens » qui détraquent le système hormonal.

 Le système immunitaire en est très affaibli et nous succombons à tous les germes

Les virus, les bactéries, les parasites sont des agents de la « mort ». Ils ont toujours été là. Mais maintenant avec toute la dégénérescence physique et mentale, l’humanité est de plus en plus fragile.

Ces dernières décennies, l’occident a freiné le progrès des bactéries et des germes grâce aux antibiotiques, mais le cancer apparait en force pour accomplir, finalement, la même chose c’est à dire « nous faire retourner dans la poussière ».

 

Notre armée interne : comment l’entretenir ?

La seule arme efficace contre le Coronavirus et contre la plupart des maladies infectieuses est le système immunitaire.

Voyez la vidéo « la Bible et la santé » pour voir les principes qui le fortifient.

Nous sommes équipés d’une puissante armée qui combat les virus et les germes à condition que nous suivions les lois naturelles.

D’ailleurs toutes les personnes qui guérissent du Coronavirus le font grâce à leur système immunitaire et à rien d’autre. La maladie n’est pas causée uniquement par des microbes venant de l’extérieur. Rappelez-vous « Le microbe n’est rien, le terrain est tout ». Avec un bon système immunitaire : Rien à craindre ! En effet il combattra les agents pathogènes, les cellules cancéreuses qui se forment constamment.

Exemple : Le sucre affaiblit l’action du système immunitaire : les globules blancs sont moins efficaces pour combattre les germes.

Voyons un tableau qui montre l’effet du sucre sur les globules blancs :

5 minutes après l’ingestion de x cuillères de sucre Nombre de bactéries détruites par un globule blanc après cette ingestion
6 10
12 5
18 2
24 Aucune

 

Sachez que dans une petite bouteille de Coca-cola il y a 15 cuillères à café de sucre ! Faites le calcul. Le système immunitaire est affaibli de plus de 70 % de sa capacité pour défendre l’organisme ! et si en boit deux bouteilles, l’armée immunitaire se met en vacances, incapable de protéger la personne.

Sachez aussi que, selon les dernières données concernant l’épidémie du Coronavirus en France, 82% des personnes qui développent des complications et qui nécessitent des soins intensifs sont des personnes obèses ou en surpoids ! C’est très parlant !

A nous de faire notre part que Dieu ne peut faire à notre place ! 

 

Faut-il prier pour que Dieu arrête le Coronavirus ?

Beaucoup de gens se sont mis à prier pour que Dieu arrête cette pandémie. Il est certain que prier peut nous rapprocher de Dieu et peut nous aider à voir nos violations des lois de la santé.

Nous ne pouvons que nous encourager à pratiquer ces principes de manière à pouvoir résister aux attaques extérieures. Ainsi nous ne serons pas dans la crainte continuelle ce qui, d’ailleurs, affaiblit notre résistance.

Remettons-nous en question et changeons notre mode de vie afin que nous héritions la santé car vivre dans la rébellion ne peut qu’entrainer des conséquences néfastes.

Pourrait-on dire que cette crise du Coronavirus est un révélateur à notre société « Hédonique » de sa « Désobéissance à Dieu »

Galates 6 :7

« Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. »

 

Parlons maintenant de l’aspect spirituel et prophétique de cette pandémie.

Les derniers événements de l’histoire annoncés par les prophéties du livre de l’Apocalypse, se mettront en place grâce à des crises comme celle du Coronavirus. Pour le peuple de Dieu elle doit être un signe pour se préparer pour la grande crise finale. La gestion par les gouvernements de cette situation nous a fait entrevoir combien il est contraignant de vivre dans les villes.

On a vu les gens confinés, incapables de quitter les villes, avec un contrôle absolu, et des fortes amendes contre les transgresseurs.

C’est pourquoi Dieu invite les familles à s’installer à la campagne en vue de la crise finale où :

Apocalypse 13 :17

« Personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. »

Cultiver la terre, viser à l’autonomie alimentaire sera vital pendant cette grande crise.

Pour le monde, cette crise doit être un avertissement qui lui montre combien les choses qu’il considérait solides et stables sont fragiles. La situation peut basculer rapidement.

Il suffit d’une crise comme celle du Coronavirus pour que la panique s’installe dans les populations : crainte de pénuries alimentaires, crainte de pillages, de révolte sociale… Les gouvernements peuvent perdre rapidement le contrôle de la situation quand les populations sont dans la peur et la crainte. 

Nous avons vu les mesures sévères et strictes qui se sont mises en place pour protéger les populations. L’économie en sera terriblement affecté et ce que seront les résultats, nous ne pouvons pas les prédire pour l’instant mais une chose est claire le monde ne sera plus le même.

Les catastrophes naturelles, les pandémies, les conséquences du changement climatique mettront le monde à genoux. Et quand les hommes sont confrontés à des choses qui les dépassent, ils se tournent vers Dieu, même ceux qui ne sont pas forcément croyants.

Satan, l’auteur de Mal, sachant qu’il a peu de temps, utilise toute son ingéniosité pour coincer le peuple de Dieu. Pour amener la crise de la « Marque de la Bête » il agira avec puissance par les éléments de la nature qu’il a appris à contrôler.

Voyez ce qui est arrivé à Job, (Job chapitres 1-3) comment Satan a su utiliser les moyens naturels pour l’accabler et détruire ses enfants et ses propriétés : tornades, tremblement de terre, maladies etc… De même à la fin il opèrera de grands prodiges pour amener la crise finale sur le monde. C’est lui l’auteur de la souffrance et de la détresse. 

Des arguments seront émis disant que notre désobéissance, l’état immoral de notre société, appellent les jugements divins. C’est dans ce contexte que l’on fera une loi obligeant les hommes à respecter le Dimanche comme jour d’adoration pour regagner la faveur divine. La Bête d’Apocalypse 13 saisira l’occasion favorable pour se hisser de nouveau à la tête du monde.  (Voir vidéo sur le 8ème roi) Ceci sera le début de la période de la « Marque de la bête » qui culminera avec la persécution de ceux qui voudront continuer à garder le Sabbat biblique du Créateur :

Tous ces événements nous pouvons déjà les entrevoir :

Daniel dans son livre nous dit :

« …mais ceux qui auront de l’intelligence comprendront. » Daniel 12 : 10

Ceux qui sont intelligents dans la connaissance prophétique reconnaitront les événements actuels comme étant un accomplissement prophétique.

Nous vous invitons à suivre de près les progrès de cette crise mondiale et ses conséquences politiques et économiques dans le cadre de la prophétie. La Parole de Dieu est infaillible, tout ce qu’elle a prédit s’accomplira. 

Nous vous invitons à regarder nos vidéos sur « les prophéties apocalyptiques » pour plus d’information.

 

En conclusion

Fortifions notre système immunitaire par des pratiques saines en conformité avec les lois du Créateur. Vivons dans l’obéissance, l’humilité et la soumission aux voies de Notre Père Céleste. 

Soyons une aide pour ceux qui cherchent à comprendre le temps dans lequel nous vivons, pour leur faire comprendre la fragilité du monde et la grande crise vers laquelle il se dirige.

Et de toute façon si le Coronavirus venait à nous affecter, nous pourrions dire avec Paul :

Philippiens 1 :21

« … car Christ est ma vie, et la mort m’est un gain. »

 

Autre article à lire: Le Dimanche dans la Bible: La vérité à absolument connaître