Le mal sévit sur notre planète et nous en sommes tous plus ou moins responsables.

Aujourd’hui, plus que jamais, il fait des ravages qui effraient les plus solides : la pollution, le climat détraqué, les animaux qui meurent par centaines, des espèces qui disparaissent, l’exploitation du sol et des ressources à outrance, les maladies les plus rares, les épidémies, la famine, la pauvreté, l’exploitation des enfants et des plus démunis, la méchanceté, l’indifférence, la solitude, l’égoïsme, l’immoralité…

Nous avons perdu notre identité : nous sommes devenus presque des bêtes sauvages et aveugles. Pourtant au départ, nous fûmes créés à l’image de Dieu : c’était notre véritable identité. Au départ nous étions une esquisse, une ébauche pleine de capacités pour grandir et croître à la stature parfaite de Dieu.

Nous avons déjà présenté ici, l’intrusion du mal dans l’univers et c’est l’homme sur la planète Terre qui a péché en choisissant d’écouter Lucifer. Depuis nous sommes asservis au péché et dans une condition désespérée : nous sommes des condamnés à mort.

Romains 3:10-11, 23

« Selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, Pas même un seul; Nul n’est intelligent, Nul ne cherche Dieu;…. Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; »

 

Le péché c’est quoi au juste : 

C’est le désordre en nous et hors de nous. C’est la séparation d’avec Dieu, la séparation d’avec la Vie car Il est la Vie, lui seul peut la générer. C’est aussi la transgression de la loi : 

1 Jean 3:4

« Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. »

Dès que l’on viole la loi de Vie on détruit l’ordre des choses et l’on aboutit à la maladie, le désordre et la mort.

Et le Salut c’est quoi ?

C’est l’ensemble des opérations divines destinées à rétablir l’ordre. 

L’auteur du Salut c’est Dieu :

2 Timothée 1:9

« qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels, »

L’objet du Salut c’est l’homme d’abord :

Tite 2:11

« Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. »

Ame et corps :

1 Pierre 1:9

« parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi. »

Romains 8:23

« Et ce n’est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. »

Et son macrocosme : la Terre et ce qui l’entoure :

Romains 8:19-21

« Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise à la vanité, -non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise, avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. »

L’agent divin qui opère le salut : C’est Jésus-Christ

Romains 3:24

« et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. »

Par quel moyen : par le sang du Christ

1 Jean 1:7

« et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. »

Sous quel mode : par grâce

Éphésiens 2:5

« nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ c’est par grâce que vous êtes sauvés); »

Jacques 1:21

« C’est pourquoi, rejetant toute souillure et tout excès de malice, recevez avec douceur la parole qui a été plantée en vous, et qui peut sauver vos âmes. »

Si la Parole peut sauver nos âmes, alors étudions-la car elle est la source du salut, et c’est ce que nous voulons explorer aujourd’hui.

La vérité sur………. « le Salut »

Il est certain que nous ne comprenons pas vraiment toute l’ampleur du problème de Dieu et pourquoi ce qui s’est passé au début de la Création est si grave. Cependant, nous en sommes là et Dieu ne s’est pas laissé surprendre par notre réponse à la liberté de choix qu’Il nous a accordés.

Nous avons choisi notre propre voie : soit,  mais Dieu, qui est plus grand que nous et un Père miséricordieux envers ses enfants rebelles et inconséquents, a tout prévu. Malgré la pagaille désespérée dans laquelle nous nous sommes retrouvés, Dieu a choisi d’effacer notre culpabilité sans pour autant renier Ses propres lois et cela, dans un plan judicieux conçu par les Trois membres de la Divinité. Dieu ne peut tenir Sa loi pour nulle : elle exprime l’ordre universel mais Il a voulu faire grâce au coupable. Mieux : Il le considère comme juste, racheté et réhabilité par le ministère de la réconciliation réalisé en Jésus-Christ.

C’est ce qu’annonçait le prophète Jean Baptiste lorsqu’il s’écriait en désignant Jésus :

Jean 1:29

« Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. »

Ce cadeau nous est offert ; il ne tient qu’à nous de le saisir. Comment ?

La Bible nous enseigne avec une grande clarté le plan du salut par étape :

Etape 1 : Repentance et conversion

Parler de repentance aujourd’hui n’est plus à la mode. Ce mot fait sourire ou fait peur. Cependant se repentir c’est changer son esprit d’après le mot hébreu (metanoia) et c’est libérateur, pourquoi ? Parce que, depuis l’Eden, chaque fois que l’on se sépare de la vie et du bien, on tire une sonnette : celle de la conscience et celle-ci ne cesse de nous « harceler » pour que l’on rétablisse le bon ordre : la relation dans ce cas.

Il est difficile de se repentir car c’est dire sa vulnérabilité, son imperfection, son erreur de jugement, sa fragilité par rapport à l’autre. C’est humiliant et frustrant. C’est reconnaitre sa responsabilité face à chacun de ses actes. Cela bouscule « le moi idéal ». Je suis coupable, quelle honte ! Je voudrais être toujours bon, fidèle, généreux, attentionné, intelligent mais je découvre que je suis capable de faire du mal à l’autre et à Dieu. Tout cela est salutaire car cela nous convainc que « notre cœur est incurablement mauvais » et que nous sommes « des enfants de colère, étranger à la vie de Dieu (Eph 2 : 3). Il nous est impossible de nous libérer car le péché est gravé sur notre cœur 

Jérémie  17 : 1 «  Le péché de Juda est écrit avec un burin de fer, Avec une pointe de diamant; Il est gravé sur la table de leur cœur, Et sur les cornes de vos autels. »

 

Devant cette constatation, l’être humain ressent le besoin d’un secours extérieur à lui. Oui chacun doit d’abord ressentir le besoin d’être sauvé. Mais, en même temps, il doit recevoir la révélation de l’amour de Dieu. Cela le pousse à aller à Lui et à Lui demander pardon et comme « Il  est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.» (1 Jean 1 : 9)

 L’humain trouve une grande consolation et une libération. Se repentir est le prélude à une vie nouvelle, à une conversion : un changement de 180° que l’on appelle la « Nouvelle naissance » qui va remplacer l’ancienne vie car le péché et la vie avec Dieu sont incompatibles.

 

Etape 2 : la confession des péchés

Après la repentance, il faut aller plus loin. Ce n’est pas seulement le péché en général qu’il nous faut condamner : c’est le notre. A quoi bon le dissimuler à nous-mêmes et à Dieu ? L’Ecriture ne dit elle pas :

Proverbes 28:13

« Celui qui cache ses transgressions ne prospère point, Mais celui qui les avoue et les délaisse obtient miséricorde. »

De nombreux textes nous montrent que Dieu est toujours prêt à ouvrir Ses bras au pécheur repentant, comme dans la parabole du fils prodigue (Luc 15 : 20-21). Le fils confesse sa faute et le  Père pardonne. La confession sincère de nos péchés est donc la condition sine qua non de notre pardon. Si l’on veut être délivré de son douloureux sentiment de culpabilité et d’esclavage il nous faut tenter une démarche pénible : s’humilier, s’accuser devant Dieu et confesser ses péchés sans essayer de se justifier. Cette confession se doit d’être spécifique, mentionnant des péchés précis. En les énumérant ils apparaissent dans toute leur gravité, leur horreur et cela retentit sur l’esprit pour l’impressionner à ne pas recommencer, « L’expression renforce l’impression ». Ce qui console et attire c’est de savoir que Dieu est bienveillant et qu’Il agira en conséquence et selon Sa promesse : il accordera la pardon.

Oui le pardon est à ce prix :

Psaumes 32:5

« Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité; J’ai dit: J’avouerai mes transgressions à l’Eternel! Et tu as effacé la peine de mon péché. »

Ajoutons que la sincérité de la confession implique de la part du coupable un dédommagement dans la mesure du possible. Si tout péché est d’abord une offense à Dieu, il en découle que toute faute à l’égard du prochain doit nécessairement être confessée à celui-ci et même réparée si besoin. Oui Dieu subordonne son pardon à celui que l’homme accorde à son semblable :

Matthieu 6:14-15

« Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. »

A qui se confesser ?

Cela parait évident : il nous faut confesser nos péchés à ceux que nous avons offensés. Il y en a toujours deux : Dieu et les hommes que nous avons lésés.

  1. La confession à Dieu

Puisque le péché est la violation d’une loi établie par Dieu, qu’il a été offensé par notre rébellion, il est bien naturel de lui demander pardon dans le secret de la prière. L’apôtre Pierre, découvrant le péché de Simon le magicien, ne se crut investi d’aucun pouvoir d’absoudre lui-même, il lui conseilla de se repentir et de prier Dieu de lui pardonner :

Actes 8:22

« Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton cœur te soit pardonnée, s’il est possible; »

Qui donc en effet, peut pardonner le péché si ce n’est Dieu seul ?

Luc 5:21

« Qui peut pardonner les péchés, si ce n’est Dieu seul? »

 

2. La confession à l’offensé

Demander pardon à la personne que l’on a offensée n’est certes pas toujours chose aisée. L’aveu témoigne de la volonté du coupable de rechercher la paix au prix de son humilité. Dans ce cas, le pardon doit s’ensuivre. L’apôtre Pierre avait du mal à comprendre quand il dit à Jésus :

Matthieu 18:21

« Alors Pierre s’approcha de lui, et dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi? Sera-ce jusqu’à sept fois? »

Et Jésus de répondre :

Matthieu 18:22

« Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. »

Manière imagée de dire : Tu pardonneras autant de fois qu’un pécheur repentant te demandera pardon de t’avoir offensé et si tu fais cela tu seras aussi pardonné par Dieu.

 

En passant, je voudrais éclaircir un point concernant :

Matthieu 18:18

« Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel. »

Matthieu 16:19

« Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. »

 

On a voulu voir à tort l’annonce d’un pouvoir pontifical ou même sacerdotal dans cette annonce. S’agit-il d’un pouvoir ? Ou d’un devoir ?

Car répétons-le, qui peut remettre les péchés si ce n’est Dieu seul ?

Le pardon que nous accordons ne constitue pas un pouvoir que Jésus aurait concédé à Pierre ou aux apôtres, ni même à tous les croyants. Il constitue un devoir : le devoir de pardonner et le devoir de publier le pardon que Dieu accorde aux pécheurs par Jésus Christ qui efface les péchés de ceux qui le veulent.

Oui ceux qui le veulent car on est libre de refuser la grâce, de s’enfermer dans sa prétendue justice et de plaider non coupable. Oui l’homme est assez fou pour refuser

 

Etape 3 – Le pardon de Dieu 

Premièrement, Dieu est amour : son pardon suit immédiatement la reconnaissance sincère de notre culpabilité :

1 Jean 1:9

« Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. »

Et ce n’est pas une illusion, un produit de l’imagination, c’est une réalité :

Psaumes 32:5

« Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité; J’ai dit: J’avouerai mes transgressions à l’Eternel! Et tu as effacé la peine de mon péché. »

 

En Ésaïe 43:25 On voit que le souvenir en est effacé :

« C’est moi, moi qui efface tes transgressions pour l’amour de moi, Et je ne me souviendrai plus de tes péchés. »

 

Ce serait long de parler des registres célestes mais on voit qu’il existe un rapport précis de toutes nos actions, sentiments, motivations et que chacun a un livre céleste où son histoire est écrite :

Psaumes 139:16

« Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m’étaient destinés, Avant qu’aucun d’eux existât. »

 

Sur quels fondements repose cette grâce ? 

Serait-ce à cause de quelque œuvre humaine, de quelque action méritoire, de quelque valeur dont nous pourrions nous prévaloir ? Nullement !

L’Ecriture en témoigne dans ses pages :

Tite 3:5

« Il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit, »

 

Nous n’avons aucun droit, aucun mérite à faire valoir ! C’est un don de Dieu que nous pouvons accepter et recevoir par la foi.

Et Paul nous dit la même chose en Éphésiens 2:8

« Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. »

C’est un don gratuit mais quelqu’un a dû payer le prix de nos fautes pour que justice soit faite. Oui, Dieu lui-même a consenti à payer ce prix pour nous sauver.

 

La justification par Jésus Christ

Nous sommes, en effet, des rachetés de Jésus Christ.

Luc 19:10

« Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

C’est Lui qui a été  juste à notre place pour nous offrir Sa justice (Il n’a jamais péché, Hébreux 4:15

« Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. »)

Lui qui a subi notre peine de mort pour nous en délivrer

Lui qui s’est identifié librement au pécheur (qui Il n’était pas) pour nous ôter notre culpabilité et susciter notre amour pour Lui et notre dégoût pour le péché responsable du drame de la croix :

2 Corinthiens 5:21

« Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu. »

Admirable et incompréhensible amour de Dieu en Jésus Christ !

Nos fautes, violations de la loi divine, ne nous sont plus comptées ! Plus de condamnation !

Galates 3:13

« Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, »

Le juge de toute la Terre a prononcé sa sentence d’absolution en vertu de sa miséricorde et non de notre innocence. Malgré cela, Dieu ne cesse pas d’être juste car cette justice qui nous manque se trouve en Jésus qui s’est rendu obéissant jusqu’à la mort et a subi la malédiction de la loi et satisfait à toutes ses exigences :

Galates 3:13

« Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, »

En Jésus-Christ, se concilient les revendications de la justice de Dieu et les promesses de Son amour.

En Lui Dieu pardonne (par-donne « donne par-dessus ») sans se faire le complice du mal, sans se rendre tolérant à l’égard du péché ni indifférent à l’égard du pécheur.

Jésus, en versant son sang, nous purifie, nous rend juste devant Dieu :

Hébreux 9:22

« Et presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon. »

1 Jean 1:7

« … le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. »

 

La part de chaque personne

Dieu ne force personne. Chacun peut librement apporter l’adhésion de sa volonté. Il suffit de croire. C’est un acte de confiance, d’abandon à Dieu :

Jean 3:16

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. »

Jean 3:36

« Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. »

Cela s’appelle « La justification par la foi » »

C’est par la foi pas par des œuvres ou des pèlerinages !

Oui même si cela paraît étrange, nous croyons que ce sacrifice pour nous est tout ce qu’il faut pout être acquitté.

En effet, Dieu veut que :

1 Timothée 2:4

« …tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. »

Tous indistinctement !

Mais le dessein miséricordieux du Père ne se réalise que pour ceux qui, par la foi, acceptent le salut de tout leur cœur. On ne peut être sauvé en faisant des bonnes actions, en obéissant, ou en se mortifiant, ou en brûlant des cierges…

Voyez plutôt Tite 3:5

« Il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, » 

Nos bonnes actions sont plutôt le résultat de notre foi : on va obéir à Dieu pour le remercier de ce grand salut.

Hélas, la plupart n’accepte pas le salut qui leur est offert. Ils croient, à tort, qu’ils vont au Ciel quoi qu’il arrive. Cependant, la Bible dit :

Matthieu 22:14

 « … il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. »

Il faut croire tout simplement mais il semble que c’est la chose la plus difficile, la moins populaire qui soit aujourd’hui.

Et Dieu ne peut pas imposer son salut aux hommes. Il ne peut que leur proposer, le leur offrir.

 

La prière de repentance

Je voudrais terminer par un aspect pratique.

Oui je suis un pécheur et je veux bien me repentir mais comment ? Et de quoi ?

Jacques 1:23-25

« Car, si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, après s’être regardé, s’en va, et oublie aussitôt quel il était. Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’œuvre, celui-là sera heureux dans son activité. »

On peut comprendre que la loi est un miroir et que nous devons comparer notre caractère avec celle-ci. La loi c’est quoi ? Les 10 commandements oui mais bien plus, je dirai que c’est toute la Parole.

On pèche à plusieurs niveaux :

Au niveau de nos comportements

De nos pensées- sentiments

De nos motivations

Pour savoir si ce que j’ai fait ou pensé aujourd’hui était en accord avec Dieu, je me mets en prière avec ma Bible sur mes genoux. Je demande à Dieu de me rappeler, de me montrer mes fautes. Il est des choses que notre conscience nous rappelle.

Si une attitude, un acte, des paroles, de mauvais sentiments font surface : on les confesse nommément à Dieu et on va lire dans la Bible avec la concordance à ce sujet. Ainsi la Parole nous parle, nous dit que ce n’est pas juste et on demande que le sang de Jésus couvre le péché que l’on a confessé. On cherche ensuite des textes qui montrent l’attitude juste et ainsi on se laisse laver ou purifier par le bain de la régénération :

Tite 3:5

« Il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit, »

Ensuite on demande à Dieu qu’Il nous donne la haine de ce péché, la haine du mal. Puis on remercie Dieu pour Sa grâce.

On doit croire qu’Il nous a pardonné et que ce péché est effacé. Ainsi on est réconcilié avec Dieu car le péché nous séparait de Lui et on retrouve la paix :

Ésaïe 59:2

« Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face Et l’empêchent de vous écouter. »

C’est plus efficace qu’un visite chez le psychologue !

Ainsi, le Plan de la Rédemption opère et Dieu dont l’idéal pour « Ses enfants », est plus élevé que la pensée humaine la plus élevée, considère notre guérison totale de l’infection du péché. Il voudrait que l’on soit parfait comme Il est parfait :

Matthieu 5:48

« Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. »

Car Christ est venu détruire les œuvres du diable et Il est là pour nous aider à nous séparer du Mal.

A ce propos, Il envoie le Saint Esprit à tous ceux qui se repentent pour les garder de pécher, les garder du Mal.