S’il est un sujet très débattu dans l’Eglise de Dieu c’est bien celui de la musique et cela particulièrement dans le domaine de la louange et du culte. Pour de nombreuses personnes, la musique n’est qu’un moyen d’expression fondamentalement neutre. Ce sont les paroles qui la classent dans la catégorie profane ou sacrée. Ainsi, que ce soit pour un usage personnel ou dans le culte rendu à Dieu, le mode de musique apprécié est affaire de goût, vu que l’expérience de chacun est différente selon sa culture et son éducation et son époque. Ceci suggère que c’est l’homme qui détermine les critères pour la musique et le culte. Mais qu’en est-il ?

Dieu a-t-il son mot à dire dans ce domaine ?

En fait quelques questions se posent à l’esprit inquisiteur. Les principaux sujets de controverse sont les suivants :

  • La moralité de la musique
  • Le rock and roll est-il moral ou immoral ?
  • Peut-on l’utiliser dans l’évangélisation ?
  • La musique rock et la Bible
  • La musique rock et les tromperies des derniers jours-

Le sujet est si vaste que je ne pourrai tout aborder dans cette vidéo. C’est pourquoi cette présentation sera divisée en 5 sections :

  1. Musique et moralité
  2. Peut-il être question de rock chrétien ?
  3. Musique rock et évangélisation
  4. Principes bibliques de la musique
  5. La musique rock et les tromperies des derniers jours

Nous croyons que nous sommes aujourd’hui dans le compte à rebours du « Grand conflit » entre la vrai et le faux culte tel qu’il est décrit dans le livre de l’Apocalypse. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire que la musique a été associée à la fausse adoration. Nous verrons comment la musique rock est devenu un moyen universel d’altération de la conscience.

 

La musique dans le culte d’adoration

 

Un peu d’histoire :

Je commencerai par un peu d’histoire et je remonterai aux origines.

Il est certain que Dieu a créé la musique et toutes Ses activités créatrices et rédemptrices sont ponctuées de musique en particulier de chant :

Job 38 :7

« Alors que les étoiles du matin éclataient en chants d’allégresse, Et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie ? »

Psaumes 98 :4-5

« Poussez vers l’Eternel des cris de joie, Vous tous, habitants de la terre ! Faites éclater votre allégresse, et chantez !

[5] Chantez à l’Eternel avec la harpe ; Avec la harpe chantez des cantiques ! »

D’ailleurs, le chef des armées angéliques Lucifer, dans le royaume parfait de Dieu, était le dirigeant et le premier chanteur des chorales célestes :

Ézéchiel 28 :13

« Tu étais en Eden, le jardin de Dieu ; Tu étais couvert de toute espèce de pierres précieuses, De sardoine, de topaze, de diamant, De chrysolithe, d’onyx, de jaspe, De saphir, d’escarboucle, d’émeraude, et d’or ; Tes tambourins et tes flûtes étaient à ton service, Préparés pour le jour où tu fus créé. »

Il était un ange d’une très grande beauté avec un talent musical insurpassé. Vous pouvez le lire dans : Ezéquiel 28 : 12-19

Comme on le sait (voir vidéo sur Satan) Lucifer s’est corrompu, il est devenu Satan le destructeur et son talent musical a été utilisé au profit de sa personne. Etant à l’origine d’une autre religion : le paganisme, il s’est servi de la musique pour qu’on lui rende un culte rituel dans lequel ses sujets sont capturés et liés sous son charme démoniaque.

Le livre de l’Apocalypse symbolise Lucifer sous la forme d’un dragon rouge à 7 têtes (Apoc 12 : 3).

Ses 7 têtes représentent Lucifer et tous les systèmes religieux de l’astrologie avec ses 7 dieux principaux. L’un d’eux est le dieu Pan avec sa corne : il est la personnification de la nature, de la musique et des festivités. Osiris en est un autre.

Dans les arts païens, Pan est toujours représenté avec sa flûte (enchanté bien sûr), deux cornes sur la tête et des pieds fendus.

Cela vous rappelle quelque chose ?

Vous connaissez le « Panthéisme », c’est une croyance occulte qui veut que Dieu et la nature sont un. Pan veut dire « tout » et dans la mythologie grecque, ce dieu berger a évolué pour devenir la nature entière. 

Pan, mi-homme mi-bouc, est le dieu des bois, il éveille la terreur dans les endroits solitaires, il est tellement laid que les gens sont pris de « panique » en le voyant. Il joue de la flûte à 7 tuyaux en gardant ses troupeaux.

Ézéchiel 28 :13-14

« Tu étais en Eden, le jardin de Dieu ; Tu étais couvert de toute espèce de pierres précieuses, De sardoine, de topaze, de diamant, De chrysolithe, d’onyx, de jaspe, De saphir, d’escarboucle, d’émeraude, et d’or ; Tes tambourins et tes flûtes étaient à ton service, Préparés pour le jour où tu fus créé.

[14] Tu étais un chérubin protecteur, aux ailes déployées ; Je t’avais placé et tu étais sur la sainte montagne de Dieu ; Tu marchais au milieu des pierres étincelantes. »

Nous rappelle qu’à l’origine Lucifer avait reçu le talent de la musique de Dieu lui-même pour réjouir l’armée des anges et chanter les louanges de Dieu. Ce talent musical lui a gagné très tôt la faveur, l’appréciation des anges. Quand il a commencé à se corrompre il a utilisé la musique pour entrainer derrière lui un tiers des anges. C’est sûrement lui qui a inventé Pan et lui a transmis ses talents.

Avez-vous remarqué les instruments cités dans Ezéquiel 28 : 13 ?

La Bible a enregistré le talent de Lucifer à jouer des tambourins et de la flûte et justement dans les religions païennes, le tambourin est un instrument sacré qui projette « un son primaire », « la vérité divine », » la révélation et le tonnerre des dieux. »

Pour l’Africain, le tambour a une puissance magique. Pour le Bouddhiste, c’est la voix de la loi et le tambour de l’immortel dans les ténèbres du monde.

Pour l’hindou, le tambour est attribué à Shiva, le destructeur.

Le tambour, les cymbales et les tambourins étaient utilisés dans les danses extatiques pour inciter les orgies sexuelles.

Le théâtre de Hollywood utilise aussi la musique à des fin « hypnotiques ». En effet en :

Ézéchiel 28 :17

« Ton cœur s’est élevé à cause de ta beauté, Tu as corrompu ta sagesse par ton éclat ; Je te jette par terre, Je te livre en spectacle aux rois. »

Dieu dit que le problème de Lucifer réside dans l’amour de lui-même et son image de soi. On voit la même chose dans le show Bizz, toutes ces personnes orgueilleuses du monde du spectacle ! qui ont les caractéristiques de Satan avec un ego surdéveloppé.

L’influence de la musique est universelle et celui qui sait son pouvoir secret a une influence puissante sur toute une société.

Je ne peux, dans ce court essai, aborder toute l’histoire de la musique, c’est un sujet si vaste que je n’en toucherai qu’une partie infinitésimale.

Je dirais simplement pour introduire notre sujet de discussion que le Rock est né après la deuxième guerre mondiale et il a vraiment percé avec Elvis Presley (1954). Cette musique a commencé là à capter l’attention nationale et internationale et c’est peu à peu qu’elle s’est introduite dans les églises. On y reviendra !

 

  • Musique et moralité

Dans ce chapitre je voudrais évaluer l’assomption populaire suivante :

« La musique en dehors des paroles est moralement neutre »

Ceci est important car les défenseurs du rock chrétien avancent que la musique est neutre donc pourquoi ne pas l’adopter pour adorer Dieu et comme outil d’évangélisation.

Pour beaucoup la musique n’est qu’un moyen. Mais qu’en dit l’histoire ?

Les anciens croyaient que la musique influençait la volonté qui, à son tour, influençait caractère et conduite. Aristote et Platon ont reconnu que la musique imite ou représente des états d’âme : colère, courage, passion…

De nombreuses personnes, des anthropologues, des philosophes, des gouvernants ont reconnu la relation intime entre la musique et la moralité.

Sur le plan théologique, sur une planète infectée par le péché, les produits de l’imagination humaine sont forcément sujets à évaluation morale.

La musique communique un message en elle-même, même sans paroles !

Les producteurs de films le savent bien : la musique dicte les sentiments. Pensez à la bande sonore d’un film, même sans regarder les images.  Pouvez-vous déterminer la teneur de l’action rien qu’en écoutant la musique de fond ? Et l’on voudrait nous faire croire que seules les paroles portent le sens.

Oui la musique, je le répète, communique un message et elle le communique pour tous sans barrière de culture.

La discipline de « sentics » ou langage des émotions explore comment la musique est, en fait une forme de communication des émotions. Oui, comme pour les Grecs d’autrefois, la musique représente les passions, ou états d’âme.

Selon la capacité du compositeur et de l’interprète, des communications puissantes sont transmises et la mélodie a un accès direct aux émotions pour les engendrer sans besoin d’autres symboles. Elle peut toucher le cœur aussi directement que le toucher physique.

Ceci étant établi, la musique doit être évaluée en ce qui concerne se convenance, sa justesse ou sa non justesse, dans un contexte donné.

Exemple : 

Du point de vue chrétien, présenter des paroles comme « Jésus m’aime la Bible me le dit » avec un accompagnement musical émotionnel qui engendre la peur ou le suspense, serait perçu comme discordant sur le plan cognitif et affectif mais surtout comme une mauvaise représentation de l’Evangile. Ce serait malheureux sur le plan esthétique mais aussi moralement faux.

 

Si des paroles sur l’amour de Jésus pour l’humanité sont accompagnées d’une 

Musique personnifiant la colère, la violence et l’agression, le message contradictoire fournit une communication confuse de la vérité et l’on peut dire que cela est moralement répréhensible.

Il existe une relation entre l’évolution dans la compréhension de Dieu et le développement de nouveaux styles de musique.

En fait, le débat à propos des styles de musique est un débat théologique concernant notre compréhension de qui est Dieu.

La musique rock, pop, folk…. Reflète un Dieu immanent un « Dieu en nous ». Cette perception de Dieu fait la promotion d’une musique stimulante physiquement et émotionnellement par le moyen de rythmes répétitifs pour que l’adorateur entre en contact direct avec le divin (ou fasse une expérience du divin)

Donc la bataille concerne la nature du Dieu que l’on adore

La musique d’Eglise sert-elle à adorer le Dieu Saint et transcendant de la révélation biblique ou bien un Être informel créé par l’imagination humaine : un type d’amoureux personnel ?

La star du rock Jimmy Hendrix a dit « Vous pouvez hypnotiser les gens avec la musique et quand ils parviennent à leur point le plus bas, vous pouvez prêcher dans leur inconscient ce que vous voulez »

La Bible même discrédite la notion de neutralité de la musique : dans l’histoire de David et du roi Saul. Quand le roi avait l’esprit troublé par un mauvais esprit, David lui jouait de la lyre et le roi se calmait :

1 Samuel 16 :23

« Et lorsque l’esprit de Dieu était sur Saül, David prenait la harpe et jouait de sa main ; Saül respirait alors plus à l’aise et se trouvait soulagé, et le mauvais esprit se retirait de lui. »

 

Ainsi la musique n’est pas neutre et cependant ce concept reste très populaire et il est utilisé pour justifier l’acceptation dans les foyers chrétiens et dans les églises de la musique populaire qui stimule les gens physiquement plutôt que de les élever spirituellement.

 

 

  • Peut-il être question de rock chrétien ?

 

La musique Rock est le plus populaire des phénomènes culturels de l’après-guerre. Elle est aussi le grand propagateur des valeurs morales, sociales et religieuses de notre société. Les sociologues la voient comme la force qui a modelée la pensée et le style de vie de cette génération. William Schaffer la décrit comme le principal dialecte dans le langage culturel mais en fait c’est une contre-culture et il reconnait qu’elle est un outil d’altération de la conscience.

Globalement la « Révolution » commencée par la musique Rock a des connotations religieuses : elle a créé une transformation religieuse de la culture américaine.

Associée au Rock, est le culte de l’irrationnel, une révérence pour l’instinctuel, le viscéral, une méfiance de la raison et de la logique. C’est une forme d’anti intellectualisme très dangereuse car conductrice vers un mode de pensée totalitaire.

De plus, elle a un intérêt dans l’occulte, la magie, la superstition, les religions exotiques, pourvu que ce soit contraire au courant de pensée occidentale judéo-chrétien.

Elle est reliée à une obsession pour le subconscient, la culture de la drogue pour élever l’homme instinctif, pour le libérer de toutes restrictions et limitations de sa conscience.

La musique Rock fait la promotion de l’humanisme/Panthéisme dont les racines proviennent de la culture afro-américaine et de l’humanisme séculier.

Cette vue du monde rejette Dieu avec ses principes moraux, fait la promotion de l’hédonisme, l’individualisme, le matérialisme, l’amoralisme, l’athéisme, le sexe, les drogues, la violence, l’occulte et toutes sortes de perversions…

Il y a eu, dans la pensée occidentale, une évolution dans la compréhension de Dieu :

  • Pendant l’époque médiévale, on avait une vue de Dieu transcendantale « Dieu au-dessus de nous »
  • Pendant le Réforme du XVI siècle, on est passé à une conception immanente de Dieu « Dieu pour nous »
  • Puis à partir du XVII siècle jusqu’à nos jours, la perception est du « Dieu en nous » 

 

Et la musique a évolué dans le même sens.

L’utilisation de la musique Rock dans l’église ou dans sa forme chrétienne menace les fondements théologiques de la foi chrétienne.

Notre musique reflète nos croyances théologiques et notre compréhension de Dieu.

Le sujet est si vaste que je vais me cantonner à la musique dans l’église primitive et l’expérience pentecôtiste :

  1. Dans l’Eglise primitive : Dieu transcendant

La musique était inspirée par la vision d’un Dieu transcendant majestueux et d’un Sauveur dont on s’approche avec révérence. On trouve ces hymnes centrés en Christ :

Apocalypse 4 :8, 11

« Ils ne cessent de dire jour et nuit : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient ! »

[11] « Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l’honneur et la puissance ; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées. »

 

Apocalypse 5 :9

« Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; »

 

Une spécialiste des styles musicaux dans les débuts du christianisme et de l’Islam, Lois Ibsen Al Faruqi écrit que l’on évitait l’émotif, le frivole, l’association avec la musique profane. C’était une musique solennelle qui inspirait l’admiration.

 

  1. L’expérience Pentecôtiste « Dieu en nous »

La recherche actuelle d’une expérience charismatique par la musique remonte à la musique pentecôtiste du XIX siècle. Elle occupait les 2/3 du service de culte et était caractérisée par le taper des mains, des pieds et la dance « dans l’Esprit ». Elle était accompagnée par les guitares, le rythme des tambourins et le vacarme des cuivres. Les chœurs répétitifs, les mélodies d’origine profane, les mimes et le théâtre étaient présents pour générer l’excitation émotionnelle plutôt que la compréhension intellectuelle.

Tout cela pour satisfaire une conception nouvelle de l’expérience religieuse. Faire l’expérience de Dieu à l’intérieur, avoir un high spirituel extatique, une expérience émotionnelle immédiate de Dieu par le stimulus de la musique rythmée et forte.

En fait, l’évolution s’est faite de l’adoration centrée sur Dieu vers l’adoration centrée sur le moi. C’est l’humanisme qui répudie le religieux et tourne vers le moi. Il met l’emphase sur la raison humaine et les passions humaines (romantisme). C’est aussi le panthéisme qui reconnait que « nous vivons dans un univers d’expérience sensuelle dans laquelle je suis le centre et la circonférence infinie » Robert Pattison « The triomph of vulgarity » page 36

 

De nombreux chrétiens sont attirés par la musique Rock et ils essaient de « l’assainir » pour l’usage religieux. Les églises l’ont adoptée pour attirer les jeunes dans l’église. Elle leur procure le « high » émotionnel qu’ils recherchent. En effet, par son effet hypnotique, par le « beat » incessant, par l’intensité du son, la danse rituelle se crée une fausse perception de plonger dans le surnaturel et malheureusement on baptise cela le baptême du Saint Esprit.

 

La structure de la musique rock

Ce qui caractérise la bonne musique est un équilibre entre 3 éléments de base : la mélodie, l’harmonie et le rythme dans cet ordre.

Je ne veux pas me faire très technique dans ce petit exposé mais je dirais que la musique Rock inverse cet ordre en faisant du rythme l’élément dominant ensuite l’harmonie et la mélodie en dernier.

Le problème fondamental de cette musique est le battement ou beat implacable ou incessant qui produit un effet hypnotique. Ce beat pulsatile ou syncopé domine ce qui fait que « le niveau de communication est premièrement sexuel et physique ».

Quelles que soient les paroles du chant : innocentes, maléfiques ou basées sur la Bible, l’effet neurophysiologique est le même. Quand la musique est discordante dans ses battements, il se produit un relâchement d’adrénaline qui devient addictif. Il se produit une faiblesse musculaire, de l’agressivité, de l’anxiété, une accélération du rythme cardiaque. Le cerveau relâche des opiacés naturels, les glandes des hormones sexuelles.

 

Que conclure ?

La musique à l’Eglise doit elle stimuler les gens physiquement ou les élever spirituellement ?

La réponse est évidente.

La musique Rock est incompatible avec le message de l’Evangile. Quand les Babyloniens demandèrent aux Israélites de les distraire en chantant ils répondirent :

 

Psaumes 137 :3-4

« Là, nos vainqueurs nous demandaient des chants, Et nos oppresseurs de la joie : Chantez-nous quelques-uns des cantiques de Sion !

[4] Comment chanterions-nous les cantiques de l’Eternel Sur une terre étrangère ? »

 

Ils n’ont pas dit « chantons leur un de nos chants sacrés sur le style musical babylonien afin que nous puissions les convertir au Seigneur »

Non, ils ne pouvaient chanter les cantiques du Seigneur pour divertir les impies.

Les Israélites savaient qu’on ne peut prendre ce qui appartient au Seigneur pour un usage profane. Aujourd’hui, non seulement le chant du Seigneur est utilisé pour divertir les païens mais la musique des païens est employé comme chant « sacré » pour entretenir les chrétiens.

Tout au long du récit sacré, Dieu appelle Son peuple à ne pas se conformer aux pratiques païennes, à ne pas « se conformer au monde présent » Romains 12 : 2

Ce peuple chrétien doit retenir son identité, discerner les valeurs perverties de notre culture : dans le cas du rock, un esprit de rébellion contre Dieu et ses principes moraux.

 

Raisons pour éviter la musique rock

La raison principale de son rejet par l’Eglise devrait être son pouvoir d’altérer l’esprit par son « beat » implacable. Le chrétien veut éviter tout ce qui tend à affaiblir le jugement (drogues ou musique) favorisant une conduite irresponsable.

Et ce ne sont pas des paroles chrétiennes qui neutraliseront les effets sensuels de cette musique. Utiliser ce type de musique n’est plus du ministère mais une gratification de la chair, cela plaît au moi et n’est pas favorable à la maturation du caractère.

 

  • Musique pop et évangélisation

 

« To rock or not to rock” Tel est le débat dans les églises de toutes les dénominations. On affirme que l’utiliser pour l’évangélisation peut permettre d’atteindre les esprits séculiers. Il sera difficile de trancher dans un débat si divisif.

Et il nous faudra apprendre à être en désaccord sans devenir désagréable.

Mais d’abord :

 

Qu’est-ce que la musique sacrée ?

C’est la musique que l’on joue au temple, à la synagogue ou dans les églises primitives chrétiennes qui était totalement distincte de la musique profane que l’on jouait pour les danses et les distractions populaires.

L’appel du chrétien est à la sanctification c’est-à-dire une séparation du monde et une consécration à Dieu. La musique sacrée doit élever les gens spirituellement, elle reflète la majesté, l’harmonie, la pureté et la sainteté de Dieu dans ses mélodie- harmonie- rythme-texte et performance. Elle a pour but de glorifier Dieu et d’inspirer les croyants à se conformer à l’image de Dieu.

 

L’évangélisation

De même la musique d’évangélisation met l’accent sur la grâce de Dieu qui sauve et la puissance de transformation de la vie du pécheur repentant.

La Musique chrétienne contemporaine et la musique de culte contemporaine utilise des paroles chrétiennes sur une variété de style allant du folk Song, country, gospel, jusqu’au rock dur. Des chanteurs tels que Michael Smith utilise du « Soft rock » avec une ligne de basse très marquée et beaucoup de répétitions.

Jésus nous a avertis d’éviter les vaines répétitions dans notre adoration :

 

Matthieu 6 :7

« En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. »

 

La Bible ne parle pas de l’utilisation de la musique pour témoigner. Elle n’est présentée que dans le contexte du culte à Dieu. De toute manière, aujourd’hui l’œcuménisme décourage le prosélytisme. L’évangélisation est définie en termes de communion interconfessionnelle et non de proclamation de l’Evangile. Tout le monde se rejoint en louant le Seigneur peut importe les différences doctrinales.

En fait, on peut même dire que la musique d’évangélisation, au lieu d’attirer les gens du monde à Christ, amène l’agenda du monde dans l’Eglise ce qui sape l’identité et la mission de l’Eglise.

Utiliser la musique populaire dans l’évangélisation pour toucher les gens du monde risque de devenir un signe des temps participant à la destruction des valeurs chrétiennes qu’elle voulait pourtant communiquer.

La musique d’évangélisation devrait refléter le courage de Christ qui a confronté la culture de son temps avec les principes du Royaume de Dieu. Christ n’a pas satisfait les attentes de ses contemporains, même pas de Ses disciples. De même, l’Apôtre Paul a appelé les croyants à faire face au monde en lui présentant une voie meilleure, les principes de l’Evangile plutôt que de se conformer à ses valeurs.

On devrait éviter le rock dans l’évangélisation parce que cette musique rappelle aux jeunes, ou moins jeunes parfois, leur passé de rébellion. Son usage fait que les chrétiens contribuent à l’augmentation des stimulations physiques et de l’agressivité. Le bonheur y est mélangé à des connotations érotiques et la joie à l’agressivité.

Non, le chrétien devrait être un messager de la paix et de la joie de Dieu.

Ainsi l’usage de musique rock dans l’évangélisation est inappropriée, elle est en contradiction avec la foi chrétienne, elle représente une forme de religion panthéiste et syncrétique qui plonge ses adeptes dans le surnaturel (la vie dans l’esprit comme on nous dit) par des moyens artificiels (danse- transe…)

C’est comme introduire « du feu étranger » dans la Maison de Dieu.

 

 

  • Principes bibliques de la musique

 

 

L’objectif de ce chapitre est double : 

  • On regardera l’importance de la musique dans la Bible surtout le chant
  • Et le ministère de la musique dans le Temple puis la synagogue puis dans l’Eglise primitive

 

 

  • Importance de la musique et le chant dans la Bible

 

Elle est indiquée par le fait que les activités créatrices et rédemptrices sont accompagnées et célébrées par la musique :

  • A la Création : 

 

Job 38 :7

« Alors que les étoiles du matin éclataient en chants d’allégresse, Et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie ? »

 

  • A l’incarnation : 

 

Luc 2 :13-14

« Et soudain il se joignit à l’ange une multitude de l’armée céleste, louant Dieu et disant :

Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée ! »

 

  • A la fin de l’histoire de la rédemption, la grande multitude des rachetés chantera :

 

Apocalypse 19 :6-8

« Et j’entendis comme une voix d’une foule nombreuse, comme un bruit de grosses eaux, et comme un bruit de forts tonnerres, disant : Alléluia ! Car le Seigneur notre Dieu tout-puissant est entré dans son règne

[7] Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire ; car les noces de l’agneau sont venues, et son épouse s’est préparée,

[8] et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les œuvres justes des saints. »

 

  • La nature toute entière chante la gloire du Créateur et Ses louanges en réponse à Ses actes créateurs :

 

Psaumes 96 :11-12

« Que les cieux se réjouissent, et que la terre soit dans l’allégresse, Que la mer retentisse avec tout ce qu’elle contient,

[12] Que la campagne s’égaie avec tout ce qu’elle renferme, Que tous les arbres des forêts poussent des cris de joie, »

 

  • Le chant humain. L’invitation à chanter est étendue à l’être humain :

 

Psaumes 95 :1

« Venez, chantons avec allégresse à l’Eternel ! Poussons des cris de joie vers le rocher de notre salut. »

La Bible mentionne que le chant devrait être dirigé vers Dieu. Son but n’est pas la gratification personnelle mais la louange de Dieu. Moise invita le peuple ainsi :

Exode 15 :1

« Alors Moïse et les enfants d’Israël chantèrent ce cantique à l’Eternel. Ils dirent : Je chanterai à l’Eternel, car il a fait éclater sa gloire ; Il a précipité dans la mer le cheval et son cavalier. »

 

Paul exhorte les croyants à :

Éphésiens 5 :19

« Entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre cœur les louanges du Seigneur ; »

 

La musique dans la Bible est pour Dieu et elle vient de Lui. C’est un don de Dieu à la famille humaine :

Psaumes 40 :3

« Il a mis dans ma bouche un cantique nouveau, Une louange à notre Dieu ; Beaucoup l’ont vu, et ont eu de la crainte, Et ils se sont confiés en l’Eternel. »

Oui la musique est inspirée par Dieu comme Sa parole et les Psaumes sont bien des chants inspirés. Dans la Bible, la musique religieuse est centrée sur Dieu et elle n’est pas une fin en soi mais un moyen de louer Dieu. Le plaisir de chanter ne vient pas du beat rythmique qui stimule physiquement mais de l’expérience même de louer Dieu.

Psaumes 135 :3

« Louez l’Eternel ! car l’Eternel est bon. Chantez à son nom ! car cela est agréable. »

Psaumes 147 :1

« Louez l’Eternel ! Car il est beau de célébrer notre Dieu, Car il est doux, il est bienséant de le louer. »

Chanter la bonté de Dieu, sa protection, son salut est perçu comme une offrande d’action de grâce :

Psaumes 69 :30-31

« Je célébrerai le nom de Dieu par des cantiques, Je l’exalterai par des louanges.

[31] Cela est agréable à l’Eternel, plus qu’un taureau Avec des cornes et des sabots. »

La manière de chanter a son importance aussi. Pour accomplir sa fonction, le chant doit exprimer sa joie, son bonheur et son action de grâce :

Psaumes 71 :22-23

« Et je te louerai au son du luth, je chanterai ta fidélité, mon Dieu, Je te célébrerai avec la harpe, Saint d’Israël !

[23] En te célébrant, j’aurai la joie sur les lèvres, La joie dans mon âme que tu as délivrée ; »

On voit là que le chant est accompagné par la harpe et la lyre et non des percussions. En effet, les instruments à cordes s’harmonisent bien avec la voix humaine sans la couvrir (ou la supplanter). On doit chanter avec émotion et de tout son cœur :

Psaumes 9 :1

« Je louerai l’Eternel de tout mon cœur, Je raconterai toutes tes merveilles. »

Ce qui plait à Dieu n’est pas le volume de la musique mais la condition du cœur !

 

  • Le ministère de la musique dans le Temple puis la synagogue puis dans l’Eglise primitive

 

L’examen de ce ministère fournit des leçons pour la musique d’église aujourd’hui :

  • Dans le Temple

 

Dans le Temple, comme plus tard dans la synagogue, la musique était « rigidement contrôlée ». Ceci nous aidera à comprendre que Dieu ne nous donne pas la licence de faire ce qui nous plait dans la musique d’adoration.

La transition entre la vie nomade et la vie sédentaire en Palestine a permis sous la monarchie de développer le ministère de la musique.

C’est David qui établit un ministère de musique professionnel avec les Lévites, la musique sacrée étant réservée aux hommes.

Le livre des Chroniques décrit avec force détails comment David organisa ce ministère en 3 phases :

1 Chroniques 15 : 16-24

1 Chroniques 16

1 Chroniques 23 à 26

 

La performance du ministère de musique était subordonnée aux prêtres :

1 Chroniques 23 :28-31

« Placés auprès des fils d’Aaron pour le service de la maison de l’Eternel, ils avaient à prendre soin des parvis et des chambres, de la purification de toutes les choses saintes, des ouvrages concernant le service de la maison de Dieu,

[30] ils avaient à se présenter chaque matin et chaque soir, afin de louer et de célébrer l’Eternel,

[31] et à offrir continuellement devant l’Eternel tous les holocaustes à l’Eternel, aux sabbats, aux nouvelles lunes et aux fêtes, selon le nombre et les usages prescrits. »

 

Le chœur était constitué de 12 hommes adultes entre 30-50 ans :

 

1 Chroniques 23 :3-5

« On fit le dénombrement des Lévites, depuis l’âge de trente ans et au-dessus ; comptés par tête et par homme, ils se trouvèrent au nombre de trente-huit mille.

[4] Et David dit : Qu’il y en ait vingt-quatre mille pour veiller aux offices de la maison de l’Eternel, six mille comme magistrats et juges,

[5] quatre mille comme portiers, et quatre milles chargés de louer l’Eternel avec les instruments que j’ai faits pour le célébrer. »

 

Bien entrainés et préparés spirituellement. Ils recevaient une charge sacrée pour servir le Seigneur nuit et jour :

 

1 Chroniques 16 :37

« David laissa là, devant l’arche de l’alliance de l’Eternel, Asaph et ses frères, afin qu’ils fussent continuellement de service devant l’arche, remplissant leur tâche jour par jour. »

 

1 Chroniques 9 :33

« Ce sont là les chantres, chefs de famille des Lévites, demeurant dans les chambres, exempts des autres fonctions parce qu’ils étaient à l’œuvre jour et nuit. »

 

Ceci nous enseigne que la musique dans l’Eglise doit être bien préparée et organisée, qu’elle doit soutenir l’enseignement et la prédication de la Parole de Dieu comme en Israël elle participait au rituel du Temple mais sans l’éclipser.

 

      • Les instruments de musique dans le temple

On les appelait les instruments de David :

2 Chroniques 29 :25-26

« Il fit placer les Lévites dans la maison de l’Eternel avec des cymbales, des luths et des harpes, selon l’ordre de David, de Gad le voyant du roi, et de Nathan, le prophète ; car c’était un ordre de l’Eternel, transmis par ses prophètes.

[26] Les Lévites prirent place avec les instruments de David, et les sacrificateurs avec les trompettes. »

C’était la harpe, les cymbales et les luths et ils avaient été ordonnées par Dieu. On y ajoutait la trompette que Dieu avait ordonné par Moise.

C’était les 4 instruments autorisés dans le Temple. Les trompettes avaient un rôle spécial de signal de prostration pour le peuple et de commencer à chanter pour le chœur.

Les cymbales étaient utilisées pour introduire le chant. Les harpes et luths étaient les instruments de chant proprement dit :

1 Chroniques 16 :42

« Auprès d’eux étaient Héman et Jeduthun, avec des trompettes et des cymbales pour ceux qui les faisaient retentir, et avec des instruments pour les cantiques en l’honneur de Dieu. Les fils de Jeduthun étaient portiers. »

Les érudits ayant étudiés la musique sacrée en Israël expliquent que les instruments à cordes accompagnaient le chant car ils ne couvrent pas la voix ou la Parole de Dieu qui était chantée. On y prenait un grand soin !

Les leçons à retenir :

Pas de bandes juives de musique rock dans le Temple pour entretenir les gens par de la musique rythmée mais des instruments à cordes accompagnant le chant pour faire ressortir surtout les Paroles et créer une atmosphère de louange calme et réfléchie envers ce Dieu si bon et si grand.

 

  • Dans les synagogues

La musique était exclusivement vocale (d’après les historiens) sans instruments à l’exception du schofar pour donner des signaux, des directives

 

  • Dans les groupes d’église du Nouveau Testament

 

Peu de choses sont signalées, simplement que le chant doit jaillir d’un cœur joyeux :

 

Jacques 5 :13

« Quelqu’un parmi vous est-il dans la souffrance ? Qu’il prie. Quelqu’un est-il dans la joie ? Qu’il chante des cantiques. »

Paul appelle à un équilibre entre chanter avec l’intelligence et chanter par l’esprit (si je peux dire). Peut-être, certains chantaient-ils de manière extatique sans engager leur intelligence. Chanter de manière insensée c’est comme parler de manière insensée : cela n’honore pas Dieu car :

1 Corinthiens 14 :33

« .. Car Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix. »

On constate cela dans les églises charismatiques où des explosions émotionnelles font entendre des cris inarticulés que personne ne comprend. Dieu attend de ses Créatures intelligentes un culte rationnel :

 

1 Corinthiens 14 :26

« Que faire donc, frères ? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l’édification. »

 

Romains 12 :1-2

« Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable.

 

[2] Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. »

 

Ainsi la musique dans l’Eglise devait contribuer à l’édification spirituelle des croyants. Elle célébrait la rédemption de Christ ce qui constituait le thème de base de ses hymnes.

  • Musique populaire (rock et dérivés) et les tromperies des derniers jours

Nous croyons que nous vivons aujourd’hui dans les derniers jours de la Grande Controverse entre Christ et Satan. Le livre de l’Apocalypse montre bien à travers l’imagerie d’une bête que le conflit final sera au sujet de l’adoration : Celle du vrai Dieu ou celle des dieux de Babylone.

On y voit « Babylone » conduire toutes les nations dans une fausse adoration de Dieu. Cette imagerie rappelle un événement décrit dans le chapitre 3 de Daniel. Nebucadnesar dresse une statue en or et demande qu’on l’adore au son des instruments de musique. Si on refuse, une fournaise ardente attend les contrevenants.

 

Daniel 3 :7

« C’est pourquoi, au moment où tous les peuples entendirent le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, et de toutes sortes d’instruments de musique, tous les peuples, les nations, les hommes de toutes langues se prosternèrent et adorèrent la statue d’or qu’avait élevée le roi Nebucadnetsar. »

 

Daniel 3 :7 Fait une longue liste d’instruments capables de produire toutes sortes de musique. Cette musique éclectique était jouée dans le but de pousser les gens à adorer la statue d’or. 

Se pourrait-il que, comme dans l’ancienne Babylone, Satan utilise aujourd’hui toutes sortes de musique pour conduire le monde dans un culte offert à la bête et son image Apoc 14 : 9 ? (Voir vidéo sur l’image de la bête)

Et plus encore, se pourrait-il que les chrétiens en arrivent à aimer ce genre de « gospel » parce qu’elle leur rappelle la musique de Babylone ?

Ce ne serait pas la première fois dans les Ecritures que la musique est reliée aux faux cultes.

On se rappelle du veau d’or aux pieds du Mont Sinaï :

Exode 32 :17-19

« Josué entendit la voix du peuple, qui poussait des cris, et il dit à Moïse : Il y a un cri de guerre dans le camp.

[18] Moïse répondit : Ce n’est ni un cri de vainqueurs, ni un cri de vaincus ; ce que j’entends, c’est la voix de gens qui chantent.

[19] Et, comme il approchait du camp, il vit le veau et les danses. La colère de Moïse s’enflamma ; il jeta de ses mains les tables, et les brisa au pied de la montagne. »

Dans les plaines de Moab, aux portes de la Terre promise, les Israélites se livrèrent à la débauche étant séduits par la musique et les danses des Moabites et ils adorèrent leurs dieux.

L’impact global du Rock, son rejet de la foi chrétienne et sa promotion d’une nouvelle expérience religieuse pourrait bien être le moyen le plus efficace pour conduire l’humanité dans les filets de la bête qui imposera son système d’adoration du dimanche à la fin.

Wolfgang Stefani pose la question : « Se pourrait-il qu’en encourageant un style musical homogène et universel, visible maintenant dans toutes les églises, le décor est monté pour une réponse positive à une identification religieuse globale »

On est tous unis, on croit tous la même chose (dans les formes, peu importe le fond), on aime tous la même musique.

Le message des 3 Anges nous appelle à sortir de Babylone spirituelle en rejetant son culte adultère et sa musique.

Bientôt, le monde entier sera rassemblé pour la dernière confrontation dans la plaine anti typique apocalyptique de « Dura » et toutes sortes de musique seront jouées pour induire les habitants de la Terre à adorer « la bête et son image »

Le livre de l’Apocalypse nous montre le résultat de la confrontation : la musique de Babylone est réduite au silence :

Apocalypse 18 :21-22

« Alors un ange puissant prit une pierre semblable à une grande meule, et il la jeta dans la mer, en disant : Ainsi sera précipitée avec violence Babylone, la grande ville, et elle ne sera plus trouvée.

[22] Et l’on n’entendra plus chez toi les sons des joueurs de harpe, des musiciens, des joueurs de flûte et des joueurs de trompette, on ne trouvera plus chez toi aucun artisan d’un métier quelconque, on n’entendra plus chez toi le bruit de la meule, »

Conclusion 

Ceux qui pensent qu’il n’y a rien de mal dans la musique de Babylone sont peut-être en train de se conditionner à accepter son faux système de culte.

Il se pourrait qu’en adoptant cette musique, certains se coupent de la possibilité de chanter le cantique de Moïse et de l’Agneau !

Que ces questions résonnent dans nos consciences et nous mettent au défi de défendre la vérité comme les trois jeunes Hébreux.