L’orgueil a été appelé le premier péché. Il se manifesta très tôt chez Lucifer, un ange des cours célestes. C’est ce que Dieu nous raconte par Ezéquiel :

Ézéchiel 28:17

« Ton cœur s’est élevé à cause de ta beauté, Tu as corrompu ta sagesse par ton éclat; Je te jette par terre, Je te livre en spectacle aux rois. »

L’orgueil a conduit Lucifer à sa chute et c’est pourquoi il instille l’orgueil chez les hommes qui se font ennemis de Dieu et vont à leur propre destruction. Nous sommes tous des êtres dépossédés, dépendants de Dieu pour notre existence. Tout ce que nous sommes, tout ce que nous avons, possédons et accomplissons vient de Dieu. Alors, comment osons nous être orgueilleux, fier, vantard, arrogant quand, en réalité, l’humilité devrait dominer tout ce que nous faisons.

Dans Daniel 4 nous retrouvons Nebucadnetsar qui règne sur toutes les nations :

Daniel 4:22

« C’est toi, ô roi, qui es devenu grand et fort, dont la grandeur s’est accrue et s’est élevée jusqu’aux cieux, et dont la domination s’étend jusqu’aux extrémités de la terre. »

Plein de confiance en lui-même. Il n’a pas encore appris l’humilité même après Daniel 2 et Daniel 3 où il a vu le 4ème homme qui ressemblait au Fils de Dieu. Il faudra que l’épreuve soit encore plus profonde pour changer son cœur et reconnaisse son vrai statut devant Dieu.

Nous étudierons aujourd’hui cette expérience dans le chapitre 4 de Daniel.

 

Daniel 4 – De l’orgueil à l’humilité

Un changement radical

Les premiers versets de Daniel 4 montrent le changement radical qui s’est opéré dans le cœur du roi :

Daniel 4:1-3

« Nebucadnetsar, roi, à tous les peuples, aux nations, aux hommes de toutes langues, qui habitent sur toute la terre. Que la paix vous soit donnée avec abondance!

[2] Il m’a semblé bon de faire connaître les signes et les prodiges que le Dieu suprême a opérés à mon égard.

[3] Que ses signes sont grands! que ses prodiges sont puissants! Son règne est un règne éternel, et sa domination subsiste de génération en génération. »

Il est intéressant de constater que ce chapitre a été écrit par Nebucadnetsar lui-même. Lui « le plus vil des hommes »,

Daniel 4:17

« Cette sentence est un décret de ceux qui veillent, cette résolution est un ordre des saints, afin que les vivants sachent que le Très-Haut domine sur le règne des hommes, qu’il le donne à qui il lui plaît, et qu’il y élève le plus vil des hommes. »

 

Le despote d’une nation païenne est maintenant un écrivain biblique. Ce fait milite en faveur de la grâce de Dieu qui fait passer du péché à la justice et donne à tous de l’espérance.

 

Un autre rêve :

Pourquoi Nebucadnetsar loue-t-il le Dieu du ciel plutôt que les idoles de Marduk ? Ecoutons son témoignage :

Daniel 4:4-9

« Moi, Nebucadnetsar, je vivais tranquille dans ma maison, et heureux dans mon palais.

[5] J’ai eu un songe qui m’a effrayé; les pensées dont j’étais poursuivi sur ma couche et les visions de mon esprit me remplissaient d’épouvante.

[6] J’ordonnai qu’on fît venir devant moi tous les sages de Babylone, afin qu’ils me donnassent l’explication du songe.

[7] Alors vinrent les magiciens, les astrologues, les Chaldéens et les devins. Je leur dis le songe, et ils ne m’en donnèrent point l’explication.

[8] En dernier lieu, se présenta devant moi Daniel, nommé Beltschatsar d’après le nom de mon dieu, et qui a en lui l’esprit des dieux saints. Je lui dis le songe:

[9] Beltschatsar, chef des magiciens, qui as en toi, je le sais, l’esprit des dieux saints, et pour qui aucun secret n’est difficile, donne-moi l’explication des visions que j’ai eues en songe. »

Dieu donne un autre rêve à Nebucadnetsar qui, cette fois-ci, ne l’oublie pas. Les experts babyloniens sont convoqués mais échouent. Le rêve trouble le roi, sa conscience lui suggère qu’il a échoué à reconnaître ce que Dieu essayait de lui dire. C’est en dernier recours qu’il convoque Daniel sachant peut-être déjà, qu’il a un nouveau rendez vous avec Daniel et Son Dieu.

 

Un arbre imposant

Lisons :

Daniel 4:10-18

« Voici les visions de mon esprit, pendant que j’étais sur ma couche. Je regardais, et voici, il y avait au milieu de la terre un arbre d’une grande hauteur.

[11] Cet arbre était devenu grand et fort, sa cime s’élevait jusqu’aux cieux, et on le voyait des extrémités de toute la terre.

[12] Son feuillage était beau, et ses fruits abondants; il portait de la nourriture pour tous; les bêtes des champs s’abritaient sous son ombre, les oiseaux du ciel faisaient leur demeure parmi ses branches, et tout être vivant tirait de lui sa nourriture.

[13] Dans les visions de mon esprit, que j’avais sur ma couche, je regardais, et voici, un de ceux qui veillent et qui sont saints descendit des cieux.

[14] Il cria avec force et parla ainsi: Abattez l’arbre, et coupez ses branches; secouez le feuillage, et dispersez les fruits; que les bêtes fuient de dessous, et les oiseaux du milieu de ses branches!

[15] Mais laissez-en terre le tronc où se trouvent les racines, et liez-le avec des chaînes de fer et d’airain, parmi l’herbe des champs. Qu’il soit trempé de la rosée du ciel, et qu’il ait, comme les bêtes, l’herbe de la terre pour partage.

[16] Son cœur d’homme lui sera ôté, et un cœur de bête lui sera donné; et sept temps passeront sur lui.

[17] Cette sentence est un décret de ceux qui veillent, cette résolution est un ordre des saints, afin que les vivants sachent que le Très-Haut domine sur le règne des hommes, qu’il le donne à qui il lui plaît, et qu’il y élève le plus vil des hommes.

[18] Voilà le songe que j’ai eu, moi, le roi Nebucadnetsar. Toi, Beltschatsar, donnes-en l’explication, puisque tous les sages de mon royaume ne peuvent me la donner; toi, tu le peux, car tu as en toi l’esprit des dieux saints. »

Que voit-il ? Un grand arbre qui atteint le Ciel et un être céleste qui commande que l’arbre soit abattu. Seuls le tronc et les racines sont épargnés et laissés en terre, soumis à la rosée du ciel. Le verset 16 a sûrement dû lui paraître troublant. Daniel reconnait le sérieux du rêve et au verset 19 il exprime poliment le souhait que ce rêve puisse concerner les adversaires du roi. Cependant, fidèle au message du rêve, Daniel avoue que le rêve concerne le roi lui-même :

Daniel 4:19

« Alors Daniel, nommé Beltschatsar, fut un moment stupéfait, et ses pensées le troublaient. Le roi reprit et dit: Beltschatsar, que le songe et l’explication ne te troublent pas! Et Beltschatsar répondit: Mon seigneur, que le songe soit pour tes ennemis, et son explication pour tes adversaires! »

Les arbres sont communément utilisés dans la Bible comme symboles des rois, des nations et des empires (Ez 17 : 3 ; 31 : 3 😉

Zacharie 11:1-2

« Liban, ouvre tes portes, Et que le feu dévore tes cèdres!

[2] Gémis, cyprès, car le cèdre est tombé, Ceux qui s’élevaient sont détruits! Gémissez, chênes de Basan, Car la forêt inaccessible est renversée! »

Luc 23:31

« Car, si l’on fait ces choses au bois vert, qu’arrivera-t-il au bois sec? »

Ainsi un grand arbre est une bonne représentation d’un roi arrogant. Dieu donna à Nebucadnetsar le pouvoir mais il se refusa avec persistance à reconnaître que Dieu possède tout et accorde des privilèges en échange de responsabilités. Le texte de Daniel est bien clair : le Dieu du Ciel décide à qui il donnera le pouvoir :

Daniel 4:17

« Cette sentence est un décret de ceux qui veillent, cette résolution est un ordre des saints, afin que les vivants sachent que le Très-Haut domine sur le règne des hommes, qu’il le donne à qui il lui plaît, et qu’il y élève le plus vil des hommes. »

Le grand principe de ce chapitre c’est que Dieu confère l’autorité de faire régner le droit sur la Terre : le droit et pas l’égoïsme et la tyrannie :

 

L’interprétation

Lisons cette interprétation qui n’a pas besoin de commentaires :

Daniel 4:19-27

« Alors Daniel, nommé Beltschatsar, fut un moment stupéfait, et ses pensées le troublaient. Le roi reprit et dit: Beltschatsar, que le songe et l’explication ne te troublent pas! Et Beltschatsar répondit: Mon seigneur, que le songe soit pour tes ennemis, et son explication pour tes adversaires!

[20] L’arbre que tu as vu, qui était devenu grand et fort, dont la cime s’élevait jusqu’aux cieux, et qu’on voyait de tous les points de la terre;

[21] cet arbre, dont le feuillage était beau et les fruits abondants, qui portait de la nourriture pour tous, sous lequel s’abritaient les bêtes des champs, et parmi les branches duquel les oiseaux du ciel faisaient leur demeure,

[22] c’est toi, ô roi, qui es devenu grand et fort, dont la grandeur s’est accrue et s’est élevée jusqu’aux cieux, et dont la domination s’étend jusqu’aux extrémités de la terre.

[23] Le roi a vu l’un de ceux qui veillent et qui sont saints descendre des cieux et dire: Abattez l’arbre, et détruisez-le; mais laissez en terre le tronc où se trouvent les racines, et liez-le avec des chaînes de fer et d’airain, parmi l’herbe des champs; qu’il soit trempé de la rosée du ciel, et que son partage soit avec les bêtes des champs, jusqu’à ce que sept temps soient passés sur lui.

[24] Voici l’explication, ô roi, voici le décret du Très-Haut, qui s’accomplira sur mon seigneur le roi.

[25] On te chassera du milieu des hommes, tu auras ta demeure avec les bêtes des champs, et l’on te donnera comme aux bœufs de l’herbe à manger; tu seras trempé de la rosée du ciel, et sept temps passeront sur toi, jusqu’à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le règne des hommes et qu’il le donne à qui il lui plaît.

[26] L’ordre de laisser le tronc où se trouvent les racines de l’arbre signifie que ton royaume te restera quand tu reconnaîtras que celui qui domine est dans les cieux.

[27] C’est pourquoi, ô roi, puisse mon conseil te plaire! mets un terme à tes péchés en pratiquant la justice, et à tes iniquités en usant de compassion envers les malheureux, et ton bonheur pourra se prolonger. »

 

Une réprimande toute en douceur

Le verset 27 montre l’adresse et le tact de Daniel pour dévoiler au roi un message humiliant pour son orgueil. C’est un conseil d’ami qui suit le précepte de Paul en :

Galates 6:1

« Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. »

 

Nebucadnetsar, le grand architecte, a fait de Babylone une des 7 merveilles du monde antique avec ses jardins suspendus, son système de canaux, des centaines de temples et bien d’autres projets. Mais une telle splendeur, tant de beauté a été accompli par l’exploitation de la main d’œuvre esclave et par la négligence des pauvres. De plus, la richesse de l’empire sert à gratifier les plaisirs du roi et de son entourage. Il est inconscient des difficultés des pauvres, péché que Daniel prend soin de citer. Ce message n’est pas nouveau. De nombreux prophètes de l’Ancien Testament ont souvent averti de ne pas opprimer les pauvres. La compassion est, après tout, la plus haute forme d’expression de l’amour chrétien. Par contre, l’exploitation et la négligence des pauvres constituent une attaque contre Dieu Lui-même.

En dépit de l’appel de Daniel à la repentance, Nebucadnetsar resta dans son orgueil tenace ce qui va entrainer l’exécution du décret céleste.

 

L’exécution du rêve

Daniel 4:29-33

« Au bout de douze mois, comme il se promenait dans le palais royal à Babylone,

[30] le roi prit la parole et dit: N’est-ce pas ici Babylone la grande, que j’ai bâtie, comme résidence royale, par la puissance de ma force et pour la gloire de ma magnificence?

[31] La parole était encore dans la bouche du roi, qu’une voix descendit du ciel: Apprends, roi Nebucadnetsar, qu’on va t’enlever le royaume.

[32] On te chassera du milieu des hommes, tu auras ta demeure avec les bêtes des champs, on te donnera comme aux bœufs de l’herbe à manger; et sept temps passeront sur toi, jusqu’à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le règne des hommes et qu’il le donne à qui il lui plaît.

[33] Au même instant la parole s’accomplit sur Nebucadnetsar. Il fut chassé du milieu des hommes, il mangea de l’herbe comme les bœufs, son corps fut trempé de la rosée du ciel; jusqu’à ce que ses cheveux crussent comme les plumes des aigles, et ses ongles comme ceux des oiseaux. »

Alors que le roi marche dans son palais se glorifiant de ses accomplissements, il est soudain affligé d’une maladie mentale qui va l’obliger à être expulsé du palais royal. Cet accès de folie est aussi mystérieux que le séjour de Jonas dans la baleine et probablement aussi difficile à avaler pour ceux qui manquent de foi. Cependant cette condition mentale est connue des psychiatres sous le nom de lycanthropie (le syndrome de l’homme loup). Le patient agit comme un animal. C’est la condition dans laquelle Nebucadnetsar se retrouva, et pendant 7 ans, dans sa dégradation, le roi fut l’étonnement de ses sujets. Pendant 7 ans, il fut humilié devant le monde par une « punition » pour avoir usurpé la gloire qui n’appartient qu’à Dieu.

Dieu aurait-il pu éviter ce jugement sévère ?

 Oui si le roi avait fait comme les gens de Ninive (Jonas 3 :10,) Mais Nebucadnetsar a dû apprendre tout seul, par le chemin de l’épreuve humiliante. En privant le roi de son autorité royale, en l’envoyant vivre avec les bêtes des champs, Dieu donna au roi une occasion de reconnaître sa dépendance complète de LUI. Et la grande leçon que le roi apprendra c’est que « le Ciel est aux commandes »

Daniel 4:17

« Cette sentence est un décret de ceux qui veillent, cette résolution est un ordre des saints, afin que les vivants sachent que le Très-Haut domine sur le règne des hommes, qu’il le donne à qui il lui plaît, et qu’il y élève le plus vil des hommes. »

La discipline appliquée à Nebucadnetsar devrait être une leçon pour nous tous !

Lever les yeux en haut

Finalement à la fin des 7 ans sa raison fut restaurée.

Daniel 4:34-37

« Après le temps marqué, moi, Nebucadnetsar, je levai les yeux vers le ciel, et la raison me revint. J’ai béni le Très-Haut, j’ai loué et glorifié celui qui vit éternellement, celui dont la domination est une domination éternelle, et dont le règne subsiste de génération en génération.

[35] Tous les habitants de la terre ne sont à ses yeux que néant: il agit comme il lui plaît avec l’armée des cieux et avec les habitants de la terre, et il n’y a personne qui résiste à sa main et qui lui dise: Que fais-tu?

[36] En ce temps, la raison me revint; la gloire de mon royaume, ma magnificence et ma splendeur me furent rendues; mes conseillers et mes grands me redemandèrent; je fus rétabli dans mon royaume, et ma puissance ne fit que s’accroître.

[37] Maintenant, moi, Nebucadnetsar, je loue, j’exalte et je glorifie le roi des cieux, dont toutes les œuvres sont vraies et les voies justes, et qui peut abaisser ceux qui marchent avec orgueil. »

Lever les yeux en haut c’est sortir de sa condition terrestre uniquement focalisée sur la vie matérielle. C’et s’élever spirituellement.

Le roi reconnait la main divine dans son châtiment. Il déclare publiquement sa culpabilité et la grâce de Dieu dans sa restauration.

Il ne fait pas de doute que de grands changements s’opèrent quand on lève les yeux vers le Ciel. Dieu a donné à cet homme plusieurs occasions de se tourner vers Lui :

  • Dans la sagesse exceptionnelle des 4 jeunes hébreux
  • Quand Daniel interprète le rêve de la statue
  • Quand les 3 hébreux sont sauvés de la fournaise ardente

La 4ème occasion gagnera le cœur du roi et il en est de même pour nous si nous prêtons attention à ce qui nous arrive.

En vérité les paroles de Paul sont véridiques :

1 Timothée 2:4

«  qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. »

 

Ainsi le grand roi Nebucadnetsar et ce n’est pas une fable, l’archéologie a confirmé son existence et sa maladie, se convertit. Il se reconnut pécheur et abandonna tout vestige d’indépendance. Dieu doit être tout pour nous ou rien du tout. Le chemin vers Dieu passe par la croix. La conversion de Nebucadnetsar offre de grands espoirs à chacun d’entre nous, quelle que soit la noirceur de nos péchés. Mais l’amour de Dieu ne connait aucune limite.

 

Humble et reconnaissant

Daniel 4:35

« Tous les habitants de la terre ne sont à ses yeux que néant: il agit comme il lui plaît avec l’armée des cieux et avec les habitants de la terre, et il n’y a personne qui résiste à sa main et qui lui dise: Que fais-tu? »

Comment savons-nous que Nébucadnetsar a vraiment accepté le vrai Dieu ? Un élément majeur d’évidence réside dans le fait que Nebucadnetsar est l’auteur de la lettre insérée par Daniel au chapitre 4. Il semble que la plus grande partie de ce chapitre est une transcription d’une lettre que le roi distribua dans son vaste territoire. Il y parle de son orgueil et de sa folie et reconnait humblement l’intervention de Dieu dans sa vie.

Les anciens monarques écrivaient rarement quelque chose de désobligeant sur eux-mêmes. Virtuellement tous les documents royaux anciens glorifient le roi. Cette lettre est la preuve d’une conversion authentique. On pourrait même dire qu’en l’envoyant partout, il agit comme un missionnaire. Sa louange dans le verset 34-37 révèle la réalité de son expérience.

Le roi a maintenant une autre échelle de valeur et il admet les limites humaines. Il offre une prière d’actions de grâces avouant que les humains n’ont pas de quoi de vanter. Il chante les louanges de Dieu. Cette fois-ci, Dieu n’est plus seulement le Dieu de Daniel mais son Dieu personnel.

 

« L’arrogant monarque d’autrefois n’était plus qu’un humble enfant de Dieu; le despote tyrannique, un roi compatissant et débonnaire.

Celui qui, jadis, avait défié et blasphémé le Dieu du ciel reconnaissait maintenant la toute-puissance du Très-Haut. Il s’efforçait de faire naître dans le cœur de ses sujets la crainte de Jéhovah.

Nebucadnetsar avait appris, dans la leçon infligée par le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs, ce que tout souverain devrait connaître, à savoir que la vraie grandeur réside dans la vraie bonté. Il accepta Jéhovah comme le Dieu vivant, et déclara: “Maintenant, moi, Nebucadnetsar, je loue, j’exalte et je glorifie le roi des cieux, dont toutes les œuvres sont vraies et les voies justes, et qui peut abaisser ceux qui marchent avec orgueil.” PR 396

 

Peut-être un dernier mot à propos de l’orgueil. Ce sont des paroles de CS Lewis :

« L’orgueil conduit à tous les autres vices : c’est un état d’esprit complétement à l’opposé de Dieu. Plus on a de l’orgueil, et plus on le hait chez les autres. Si vous voulez savoir votre degré d’orgueil, posez-vous la question : Qu’est-ce que je ressens quand on m’ignore, que l’on me fait un affront, que l’on me patronne ou que l’on s’affiche ? En fait, l’orgueil de chaque personne entre toujours en compétition avec celui des autres. C’est parce que je voulais être le centre d’attention à la fête que je suis si ennuyé par celui qui se fait le centre d’attention » « Two of a trade never agree » « deux personnes du même négoce ne sont jamais d’accord » » Mere christianity p 110