Certains chrétiens remettent en question la divinité de Jésus. Certaines églises attribuent à Jésus un rang inférieur à celui du Père. Et d’autres personnes affirment que Jésus fut engendré du Père, qu’Il n’est pas égal à Dieu.

Mais qu’est-ce que la Bible a à nous dire à ce propos ?

Jésus, est-il pleinement Dieu ?

Est-il le Créateur ?

 

Découvrir la vérité sur la divinité de Jésus

La Bible est très claire au sujet de la divinité de Jésus et on peut se demander, en tant qu’étudiant de la Bible, comment certains chrétiens et certaines églises remettent en question quelque chose de si basique et de si évident.

Commençons tout de suite par les paroles de Jésus lui-même :

Jean 10:30

« Moi et le Père nous sommes un. »

Il est fort intéressant de constater que dans l’Evangile de Jean on trouve 7 fois l’expression « Je suis » prononcée par Jésus lui-même.

C’est d’ailleurs pour cette raison que les Juifs voulaient le lapider :

Jean 10: 30-33

 « Moi et le Père nous sommes un. Alors les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider. Jésus leur dit: Je vous ai fait voir plusieurs bonnes œuvres  venant de mon Père: pour laquelle me lapidez-vous? Les Juifs lui répondirent: Ce n’est point pour une bonne œuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu. »

Dans ce même chapitre Jésus utilise 4 fois l’expression « Je suis » : Je suis le Bon berger, Je suis la porte…

Nous  ne pouvons apprécier l’importance de ce mot autant que  les hébreux car pour eux l’expression « JE SUIS » YHVH « celui qui est l’existant » qui vient de  « hayah » qui veut dire « exister » s’applique uniquement à Dieu.

Dans nos langues, nous pouvons utiliser la même expression pour dire bien d’autres choses : Je suis mécanicien, je suis Père de famille, je suis marié, je suis français etc… en Hébreu l’expression traduite en Français par « Je suis » est uniquement réservé à Dieu, c’est son NOM :

Exode 3:14

« Dieu dit à Moïse: Je suis celui qui suis (YHVH). Et il ajouta: C’est ainsi que tu répondras aux enfants d’Israël: Celui qui s’appelle “je suis” m’a envoyé vers vous. »

 

Dieu s’appelle « Je suis » YHVH

Voyons  donc les 7 expressions prononcées par Jésus affirmant Sa divinité :

Jn 6 : 48     « Je suis le pain de vie »

Jn 8 : 12   « Je suis la lumière du monde »

Jn 10 : 9   « Je suis la porte »

Jn 10 : 11  « Je suis le bon berger »

Jn 11 : 25  « Je suis la résurrection et la vie »

Jn 14 : 6  « Je suis le chemin, la vérité, et la vie »

Jn 15 : 1  « Je suis le vrai cep »

 

Jésus est le pain de vie :

Jean 6:51

« Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. »

De même que nous avons besoin d’aliments pour entretenir nos forces physiques, nous avons aussi besoin de Jésus-Christ, le pain du ciel, pour entretenir notre vie spirituelle et les forces nécessaires à l’accomplissement des œuvres de Dieu. De même que le corps a besoin de nourriture pour conserver sa santé et sa vigueur, de même aussi l’âme doit être sans cesse en communion avec le Christ, se soumettre à lui et dépendre entièrement de lui.

Jésus est la lumière du monde :

Jean 8:12

« Jésus leur parla de nouveau, et dit: Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. »

De tout temps la lumière a été un symbole de la présence de Dieu se manifestant au sein de son peuple.

Dieu est la lumière; et par les mots: “Je suis la lumière du monde”, le Christ affirmait qu’il était un avec Dieu, tout en soulignant sa relation avec toute la famille humaine. C’est lui qui avait fait briller la lumière “du sein des ténèbres”. C’est lui qui communique la lumière au soleil, à la lune, aux étoiles. La lumière spirituelle qui resplendissait sur Israël à travers les symboles, les figures et les prophéties, c’était lui. Cette lumière n’était pas destinée uniquement au peuple juif. De même que les rayons du soleil pénètrent jusqu’aux extrêmes limites de la terre, la lumière du Soleil de justice éclaire tout homme.

 

Jésus est la porte 

Jean 10:9

« Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages. »

Jésus est le seul moyen du salut.

Le Christ est la porte qui donne accès à la bergerie divine. Par cette porte sont entrés tous ses enfants, depuis les temps les plus reculés. En Jésus, tel qu’il est préfiguré dans les symboles, révélé par les prophètes, dévoilé dans les enseignements donnés aux disciples et dans les miracles accomplis en faveur des hommes, ils ont contemplé “l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde”,           et en passant par lui ils furent introduits dans la bergerie de sa grâce. Beaucoup d’autres ont proposé différents objets à la foi du monde; des cérémonies et des systèmes ont été imaginés pour permettre aux hommes d’obtenir la justification et la paix avec Dieu et d’entrer ainsi dans sa bergerie. Mais il n’y a qu’une porte: le Christ; et tous ceux qui ont mis quelque autre chose à sa place ou qui ont essayé d’entrer dans la bergerie par quelque autre voie, sont des voleurs et des brigands.

 

Jésus est le bon berger 

Jean 10: 11

« Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. »

Tout comme le berger terrestre connaît ses brebis, ainsi le divin Berger connaît son troupeau dispersé à travers le monde. “Vous êtes mon troupeau, le troupeau que je fais paître; vous êtes des hommes et moi je suis votre Dieu, dit le Seigneur, l’Eternel.” Jésus dit: “Je t’ai appelé par ton nom; tu es à moi.” “J’ai gravé ton nom sur les paumes de mes mains.”                                

Jésus nous connaît individuellement, et il est sensible à nos infirmités. Il connaît la maison où nous vivons et le nom de chaque habitant. Il a donné parfois à ses serviteurs l’ordre de se rendre dans telle rue de telle ville, et à telle maison, pour trouver l’une de ses brebis.

Chaque âme est l’objet, de la part de Jésus, d’une connaissance aussi complète que si elle était la seule pour laquelle le Sauveur soit mort. Son cœur est touché par les misères de chacun. Il entend tous les appels de détresse. Il est venu afin d’attirer tous les hommes à lui. Il leur dit: “Suivez-moi”, et son Esprit agit sur les cœurs afin de les amener à lui. Beaucoup refusent de se laisser attirer. Jésus les connaît. Il connaît aussi ceux qui répondent joyeusement à son appel et sont disposés à se confier à ses soins pastoraux. Il dit: “Mes brebis entendent ma voix;… je les connais, et elles me suivent.” Il prend soin de chacune d’elles comme s’il n’en avait point d’autre sur la surface de la terre.

 Jésus est la résurrection et la vie 

Jean 11:25-26

« Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. »

En Christ réside la vie, une vie originelle, non empruntée, et qu’il ne tient de personne. “Celui qui a le Fils a la vie.” La divinité du Christ donne au croyant l’assurance de la vie éternelle. Jésus disait à Marie lors de la mort de Lazare : “Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?” Ici le Christ plonge son regard en avant vers l’époque de son retour. Alors les justes qui seront morts ressusciteront incorruptibles et les justes qui seront vivants seront transportés au ciel sans passer par la mort. Le miracle que le Christ allait accomplir en ressuscitant Lazare d’entre les morts, devait représenter la résurrection de tous les justes. Par sa parole et par ses œuvres, Jésus s’affirma comme l’Auteur de la résurrection. Celui qui devait bientôt mourir sur la croix, se tenait là ayant les clés de la mort, vainqueur du sépulcre, affirmant son droit et sa puissance pour donner la vie éternelle.

 

Jésus est le chemin, la vérité, et la vie 

Jean 14:6

« Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. »

Il n’y a pas plusieurs chemins conduisant au ciel. Chacun n’a pas le droit de choisir son chemin. Le Christ dit: “Je suis le chemin … Nul ne vient au Père que par moi.” Depuis le jour où le premier sermon évangélique a été prêché, — quand, en Eden, il fut annoncé que la postérité de la femme écraserait la tête du serpent, — le Christ a été présenté comme étant le chemin, la vérité et la vie. Il était le chemin alors qu’Adam vivait encore, et qu’Abel offrit à Dieu le sang de l’agneau immolé symbolisant le sang du Rédempteur. Le Christ était le chemin par lequel les patriarches et les prophètes ont pu être sauvés. Il reste le seul chemin qui nous donne accès auprès de Dieu.

 

Jésus est le vrai cep 

Jean 15:1-2

« Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit »

 

Celui qui est uni au Christ, recevant la sève et tirant sa subsistance du cep, fera les œuvres du Christ. S’il n’a pas en lui l’amour du Sauveur, c’est qu’il est détaché du cep. Aimer Dieu par dessus toutes choses et son prochain comme soi-même, voilà la base de la vraie religion.

Nous avons besoin de la présence de Jésus-Christ. Nous voulons que sa vérité brille dans nos cœurs, imprégnant toutes les actions de notre vie. Cela déterminera si nous sommes ou non des sarments du vrai cep. Si nous portons des fruits, nous pouvons nous attendre à ce que le grand vigneron nous élague, afin que nous puissions produire plus de fruits. Tout ce qui est inutile, tout ce qui entraverait notre croissance dans la vie chrétienne doit être supprimé.

 

Lorsque le sarment est taillé, nous avons souvent le sentiment que le Seigneur est contre nous. Au lieu de cela, nous devrions nous tourner vers nous-mêmes et voir s’il n’y a pas quelque chose que nous avons négligé de faire ou quelque chose que nous devons enlever de nos vies avant de pouvoir être en bonne relation avec Dieu …

 

Nous devons être des sarments  vivants du Vrai Cep, nous nourrissants chaque jour auprès du Rédempteur afin de pouvoir porter les fruits du caractère chrétien …  Quand nous serons disposés à pratiquer le renoncement à soi et le sacrifice, comme Christ l’a pratiqué dans sa vie, nous porterons des fruits à la gloire de Dieu.

 

Un des disciples de Jésus après avoir marché avec Lui pendant un certain temps  est insatisfait et il Lui demande de lui montrer le Père :

Jean 14:9

« Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe! Celui qui m’a vu a vu le Père; comment dis-tu: Montre-nous le Père? »

Celui qui a vu Jésus a vu le Père

Il est émouvant de penser que le grand « Je suis » soit venu dans notre monde, qu’il se soit abaissé à notre condition humaine déchue, qu’il ait connu nos souffrances et nos peines et que, finalement Il ait donné Sa vie pour nous sauver.

Oui, Jésus est Dieu. Dans le chapitre 8 de l’Evangile de Jean les Pharisiens  sont en train d’accuser Jésus d’être possédé, d’être Samaritain. C’est dans ce contexte qu’Il leur dit sans ambigüité qu’il est le « JE SUIS », le Dieu Créateur :

Jean 8:58

 « Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis. »

Et les pharisiens réagissent très fort :

Jean 8:59

« Là-dessus, ils prirent des pierres pour les jeter contre lui; mais Jésus se cacha, et il sortit du temple. »

Plus tard lors de son dernier jugement devant Pilate Jésus affirme aussi qui Il est :

Jean 18:37

« Pilate lui dit: Tu es donc roi? Jésus répondit: Tu le dis, je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. »

Jésus nous promet la résurrection, la vie éternelle. Qui, à part Dieu, pourrait nous offrir de telles choses ?

 Il est le chemin, la vérité et la vie, la lumière, la porte, le pain de vie. Il est l’Essentiel. Si nous l’avons, Lui, nous avons tout.

 

Jésus engendré du Père

Certaines personnes disent que Jésus fut engendré du Père mais  l’apôtre Jean dans l’introduction de son Evangile dit sans ambigüité :

Jean 1:  1, 14

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.

 « Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. »

La « Parole » était Dieu et la « Parole » a été faite chair et a habité parmi nous.

La Parole (Jésus) est Dieu à part entière avec les mêmes attributs ! Ce texte suffirait à renverser cette fausse doctrine !

Le mot « engendré » est la source de conflits et de malentendus. En grec il y a trois mots qui sont traduits par « engendré » dans certaines traductions, ce sont :

« Monogenes » Utilisé dans 9 passages du Nouveau Testament comporte l’idée de « Unique » « seul né » et non pas « né de » « engendré par »  Jn 3 : 16 ; Luc 8 : 42 ; Luc 7 : 12 ; Luc 9 : 38 ; Jn 1 : 14 ; Jn 1 : 18 ; 3 : 16, 18 ; Heb 11 : 17 et 1 Jn 4 : 9 ; 

Jean 3:16

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique (Monogènes), afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. »

Cela  veut seulement dire que Christ était le seul Fils de Dieu. Il n’y en avait pas d’autre ! Dans cette version il n’y a pas de confusion possible.

 

 « Gennao » traduit comme engendré fait référence à la nouvelle naissance ; Les passages dans lesquels ce mot est utilisé en parlant de Jésus font référence à son « incarnation » ou à sa « résurrection » et non pas au fait d’être engendré par le Père dans les temps de l’éternité. C’est une erreur grossière. Ps 2 :7 ; Heb 1 : 5, 6 ; Act 13 : 33 ; Philemon 1 : 10 ; 1 Jn 5: 1, 18 ; 1 Cor 4 : 15

 

Actes 13:33

« Dieu l’a accomplie pour nous leurs enfants, en ressuscitant  Jésus, selon ce qui est écrit dans le Psaume deuxième: Tu es mon Fils, Je t’ai engendré ( Gennao) aujourd’hui. »

Nous voyons clairement le lien entre être ressuscité et être engendré dans ce texte.

 

« Prototokos » traduit parfois comme « premier né » ou « premier engendré ». Les deux passages où ce mot est utilisé en parlant de Jésus font référence à sa vie terrestre ; Luc 2 : 7 ; Heb 1 : 6 ; 

Les autres passages font référence à la résurrection de Jésus : Col 1 : 15-17 ; Ap 1 : 5 

Apocalypse 1:5

« et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né ( Prototokos) des morts, et le prince des rois de la terre! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, »

Ce passage fait référence de toute évidence à la résurrection de Jésus : « premier-né des morts »! 

En résumé :

Jésus est « l’unique » Fils de Dieu, IL a été engendré du Père lors de son incarnation : « engendré » par Marie et lors de sa résurrection « premier-né des morts »

 

Colossiens 2:8-9

« Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ. Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. »

 

Prenez garde que personne ne vous séduise en disant que Jésus n’est pas Dieu.

Jésus est pleinement Dieu, l’apôtre Paul le dit clairement en « Lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité »

 

En conclusion :

Jésus est Dieu manifesté en chair humaine

Il est le seul médiateur entre Dieu et les hommes

C’est Lui le Créateur 

C’est Lui qui donne la vie éternelle 

C’est LUI YVHV