Babylone dans la Bible est symbole de rébellion, de confusion, de désobéissance à Dieu. Ceci vient de Babel, la tour que les hommes ont voulu construire en opposition à la volonté explicite de Dieu.  

Au travers l’image de Babylone, Dieu, dans Sa Parole, nous raconte l’histoire du grand rebelle, appelé Lucifer, celui qui commença la grande révolte dans le Ciel.

Satan, dans sa sagesse limitée, a conçu des systèmes d’adoration pour détourner l’homme de Dieu et tous ces systèmes se ressemblent. Les choses qu’il a utilisées dans le passé lointain, il les utilise encore aujourd’hui :

Le sage Salomon disait :

Ecclésiaste 1:9

« Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil. »

Tout ce que la Babylone moderne propose aujourd’hui n’est pas nouveau. Ses rites et ses cérémonies sont un héritage de l’ancienne Babylone.

C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans cette étude : l’origine des fêtes et du rituel de la Babylone moderne.

 

Les deux Babylones

Jérémie 50:24

« Je t’ai tendu un piège, et tu as été prise, Babylone, A l’improviste; Tu as été atteinte, saisie, Parce que tu as lutté contre l’Eternel. »

Babylone a lutté contre l’Eternel et ceci depuis le temps de Nimrod à l’époque de la tour de Babel. 

Babylone est devenue ainsi l’incarnation de la rébellion contre Dieu. Nous le voyons bien dans le livre de l’Apocalypse où Babylone (citée 6 fois) représente le dernier ennemi du peuple de Dieu,

  •  C’est la Bête qui instaurera une marque pour forcer la véritable église de Dieu à transgresser la loi divine (Apoc 13 : 17)
  • C’est Babylone la grande, qui a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité! Apoc 14 : 8
  • C’est la mère des impudiques et des abominations de la terre. Apoc 17 : 5
  • C’est un repaire de tout oiseau impur et odieux. Apoc 18 : 4
  • C’est la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. Apoc 17 : 1

 

Babylone a falsifié le plan du salut, elle a falsifié le type d’adoration que Dieu demande, elle a falsifié les fêtes et le rituel divin : nous allons voir comment le rituel de la Babylone moderne est un héritage de la Babylone antique.

 

Le sacrifice de la Messe

Saviez-vous que la messe représente un sacrifice ? Eh bien oui ! La Messe est offerte sur un « autel », et c’est le Christ qui y est sacrifié. Par la « transsubstantiation » l’Ostie devient le corps de Christ qui est mangé par les fidèles.

Jésus institua la « Sainte Cène » mais la « Messe » est une perversion grossière et blasphématrice de ce service. Voici ce que Jésus institua :

Matthieu 26:26-29

« Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant: Prenez, mangez, ceci est mon corps.

[27] Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous;

[28] car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.

[29] Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où j’en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père. »

La Sainte Cène se fait avec du pain sans levain et avec du jus de raisin pur non fermenté. Participer à la Sainte Cène est un rappel de ce que Jésus a fait pour nous. Ce rite devait remplacer la fête juive de la Pâque qui annonçait l’Agneau de Dieu qui devait venir pour ôter les péchés du monde. Cette fête de Pâque prit fin avec la crucifixion de Jésus quand le véritable « Agneau de Dieu » serait offert pour « ôter les péchés du monde »

Le sacrifice de la Messe est une abomination aux yeux de Dieu. Jésus est sacrifié à chaque fois que le prêtre offre la Messe, alors que Jésus fut offert une fois seulement pour les péchés du monde :

Hébreux 9:27-28

« Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement,

[28] de même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut. »

Donc la Sainte Cène est un « rappel » tandis que la Messe est un « sacrifice ».

La religion Babylonienne offrait des sacrifices lors des rituels, la nouvelle Babylone offre elle aussi des sacrifices sur l’autel.

Le sacrifice sans effusion de sang de la messe est une réplique du même type de sacrifice que l’on offrait sur les autels de Vénus, la déesse babylonienne, qui était appelée la « médiatrice » titre que l’église romaine a donné à Marie. Pendant le 4ème siècle, quand la déesse « reine des cieux » babylonienne commença a être adorée sous le nom de Marie dans l’église chrétienne, ce « sacrifice exsangue » fut aussi introduit .

L’Ostie est le sacrifice offert sur cet autel et sa forme bien arrondie montre d’où il tire ses origines : l’Ostie est un symbole du Soleil très présent dans la religion égyptienne. Les initiales inscrites sur l’Ostie IHS sont supposées signifier « Iesus Hominum Salvator » « Jésus Sauveur des Hommes » mais si les adorateurs de la déesse ISIS voyaient ses initiales ils liraient : « Isis, Horus, Seb » la trinité égyptienne avec ses trois dieux : la mère Isis, l’enfant Horus et le père Seb.

Le 25 décembre – Noël

La Bible ne donne pas de date pour la naissance du Sauveur. Mais il est très improbable que Jésus soit né le 25 décembre. En plein hiver, les bergers ne restent pas dans les collines de Bethlehem pour garder les troupeaux pendant la nuit.

Bien avant la naissance du christianisme, les Babyloniens fêtaient le 25 décembre comme jour de la naissance de Nimrod, fils de Sémiramis, leur déesse appelée la « reine des cieux ».

Pour les Egyptiens l’enfant de Isis , Horus naquit aussi le 25 décembre aux alentours du solstice d’hiver qui commémore aussi la naissance du soleil car à partir du Solstice, les jours grandissent graduellement.

Quant à l’arbre de Noël, il faut savoir qu’il était connu déjà dans la Rome païenne et l’Egypte antique. En Egypte, c’était le palmier et à Rome, c’était le sapin. La mère de Adonis le dieu soleil et divinité médiatrice, fut mystiquement changée en un arbre et c’est dans cet état qu’elle enfanta son fils. Si la mère était un arbre, le fils a dû être reconnu comme « la branche ». Et ceci est à l’origine de la coutume de la bûche de Noël, une bûche que l’on plaçait dans le feu de la cheminée, la veille de Noël, et qui apparaissait le lendemain comme l’arbre de Noël.

Rappelons nous que Jésus est appelé la « branche » dans le livre de Esaie :

« La semence de la femme (Adonis) » « la branche » qui signifie aussi « Ignigena ou « née du feu » devait entrer dans le feu la « veillée de Noël » afin de pouvoir naître le lendemain du feu en tant que la « branche de dieu » ou l’arbre qui amène tous les dons à l’humanité : de là, la coutume de mettre des cadeaux suspendus à l’arbre de Noël.

La même idée était véhiculée dans le sapin de la Rome païenne. Le 25 décembre était célébré comme le jour où le dieu vainqueur réapparaissait sur la terre appelée le « Natalis invicti solis » la naissance du soleil vainqueur (ce qui correspond au solstice d’hiver). Le dieu adoré par les romains était le soleil

La bûche de Noël représente le tronc de Nimrod déifié comme le dieu soleil mais coupé par ses ennemis ; l’arbre de Noël est Nimrod « redivivus » le dieu tué mais ressuscité.

Nimrod, la « bûche » fut coupé par ses ennemis mais en passant par le feu il renaît le lendemain en arbre de Noël (« redivivus » Nimrod ressuscité), qui apporte des dons à l’humanité. Ceci est une perversion de la mort et de la résurrection de Christ qui apporte le salut à l’humanité. Ainsi  Jésus n’est pas le sauveur de l’humanité dans cette religion mais c’est Nimrod qui représente Satan !

 

 Le 25 Mars : l’Annonciation de Marie

Dans les fêtes catholiques, le 25 Mars est le jour de l’annonciation. On célèbre la conception de Jésus par Marie. En ce jour, l’ange est venu annoncer à Marie qu’elle allait enfanter le Messie. Si Jésus naquit le 25 décembre il faut que sa conception ait eu lieu 9 mois auparavant et c’est exactement le 25 Mars que l’église catholique a fixé la date.

Ce même jour était célébré par les Romains en l’honneur de « Cybèle » la mère du Messie babylonien. Ces deux fêtes du 25 Décembre et du 25 Mars sont d’origine babylonienne. Il est surprenant de penser que ces deux événements commémorés par l’église catholique aient pu tomber pile sur ces deux fêtes babyloniennes au mois près et au jour près !! Ce sont de toute évidence des fêtes babyloniennes transformées en fêtes chrétiennes !

 

La Pâque 

En anglais, le mot pâque est « easter » ceci correspond à la fête de « Ishtar » prononcée de manière presque identique et ce n’est personne d’autre que « Astarté » une des divinités babyloniennes. Les 40 jours de jeûne ou « carême » au printemps sont encore observés par les « Yezidis » un peuple païen et c’est un héritage de la religion babylonienne.

A Babylone, trois jours après l’équinoxe du printemps commençaient un jeûne en honneur du soleil. En Egypte, un jeûne similaire était observé en faveur de Adonis ou Osiris leur déesse médiatrice. Parmi les païens ce jeûne précédait le grand festival célébré pour commémorer la mort et la résurrection de Tammuz (Nimrod)

L’église catholique procéda à amalgamer ces fêtes païennes avec celle qui commémore la mort et la résurrection de Jésus.

Pour l’origine des œufs de Pâque, on croit dans la religion babylonienne qu’un énorme œuf tomba du ciel sur la rivière Euphrate d’où sortie Vénus qui, plus tard, fut appelée Astarté la déesse syrienne. Ainsi l’œuf devint un symbole de « Ishtar » ou « easter » « Pâque ». L’œuf a été ajouté à la fête de Pâque mais n’a rien à voir avec la fête instaurée par Jésus qui est la Sainte Cène : rappel de sa mort pour nous. Fêter la Pâque selon la tradition catholique c’est vouloir annuler le sacrifice de Jésus et créer de la confusion sur le sens de cette fête.

 

La fête de la Saint Jean le 24 juin

Jean Baptiste naquit environ 6 mois avant Jésus (d’après les Evangiles). On a fait coïncider sa naissance avec une autre fête païenne qui avait lieu le 24 juin : la fête estivale en faveur de Tammuz. Comme dans l’Est, les jours commencent le soir (pour les juifs et ceux qui veulent observer les prescriptions bibliques aussi) la fête commençait le 23 au soir (et il en va de même pour le 25 décembre où la fête commence le 24 au soir ). C’est encore une fête babylonienne déguisée en fête chrétienne !

 

La fête de l’Assomption

La doctrine catholique de l’Assomption fut introduite en 1950 bien après le Moyen Age et elle a reçu le sceau d’approbation de l’infaillibilité papale. Cette doctrine veut que Marie fût elle-même conçue sans péché (l’immaculée conception) et que son corps ne connut point la corruption. Elle fut transportée au ciel corps et âme sans passer par la mort et elle a été investie des pouvoirs divins. 

Nulle part dans la Bible on ne trouve le moindre indice qui fasse penser à un tel évènement mais la religion de Babylone contient une doctrine qui vient au secours de l’église catholique. D’après elle, Bacchus descendit en enfer pour secourir sa mère de son pouvoir et il l’amena triomphalement au ciel avec lui. Cette fable se répandit partout dans l’empire babylonien et aujourd’hui encore, les Chinois célèbrent cette même fête au mois d’Août. Les catholiques ont fixé cette fête de l’Assomption au 15 Août. C’est encore une pure invention car la Bible ne dit rien concernant le sort de Marie après sa mort. Elle se repose dans le sommeil de la mort jusqu’au jour de la résurrection finale. Elle n’a pas de pouvoirs divins, elle n’est pas médiatrice car la Bible nous dit :

1 Timothée 2:5

«  Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, »

(voir vidéo sur la vierge Marie)

 

Le rosaire

Le rosaire fait partie de la religion Bouddhiste depuis bien avant la naissance du catholicisme. En Chine aussi existe un rosaire composé de 108 boules qui est utilisé par les lamas dans l’exercice de leur religion. Le rosaire est donc d’origine païenne.

 

Les bougies et les cierges

Les Egyptiens et les Babyloniens avaient déjà cette coutume d’allumer des bougies devant leurs idoles. A la tombée de la nuit quand le soleil se cache, les Egyptiens allumaient des bougies en l’honneur du dieu soleil qui venait de voiler sa face.

Nimrod en tant que dieu-soleil était regardé comme le dieu « illuminateur » « éclaireur » pas uniquement du monde matériel mais également des âmes humaines révélant la vérité et la bonté.

 

Le signe de la croix

Le signe de la croix est aussi d’origine babylonienne. Ce que les catholiques adorent comme la croix était la mystique « tau » des Babyloniens et des Egyptiens. La forme originelle était la lettre T initiale du nom du dieu Tammuz.

 

La hiérarchie catholique des prêtres

Le collège des cardinaux dont le Pape est la tête, est une contrefaçon du collège païen des pontifes avec son « pontifex maximus » ou « souverain pontife » qui existait à Rome bien avant le christianisme et qui était une copie du collège des pontifes de Babylone.

 

L’emblème de la papauté

Dans l’emblème de la Papauté on peut voir deux clefs. Ce sont en réalité les clefs des dieux romains « Janus et « Cybèle » qui portaient chacun une clef. La Papauté déguisa ce fait en disant que ce sont les clefs que Jésus donna à Pierre et qui lui confère le pouvoir d’ouvrir les portes du ciel. Le Pape se dit successeur de Pierre et donc habilité à ouvrir ou fermer le ciel à son gré.

 

La chaise papale 

La chaise papale dans laquelle le pontife était autrefois transporté par des hommes est une copie de la chaise que les pharaons utilisaient pour aller adorer leurs dieux dans leurs temples. Ils étaient escortés par des soldats. Aujourd’hui, le pape n’est plus transporté par des hommes comme autrefois car cette pratique ne sied pas notre époque :  ce serait vu comme de l’esclavage. Lors de ses déplacements la Pape est transporté par une voiture spécialement conçue pour lui avec une protection anti balles pour assurer sa sécurité.

 

La mitre papale

Elle est aussi d’origine païenne. On peut voir les statuettes des dieux de l’antiquité porter des mitres, similaires à celle du Pape, sur leurs têtes.

 

La crosse  papale

La crosse papale que le Pape porte avec lui dans certaines occasions, était utilisée par les magiciens romains pour prédire des événements : il était appelé « Lituus ». Cet instrument est d’origine chaldéenne aussi.

 

Prêtres, moines et nones

Les religions orientales aujourd’hui et la religion babylonienne autrefois avaient et ont des moines célibataires au service du temple. Le clergé de  « Cybèle » la déesse babylonienne était célibataire.

 Le mariage est une institution sacrée qui date du le jardin d’Eden. Il n’y a rien de plus ni de meilleur dans le célibat. L’histoire a prouvé que le célibat au lieu de garder le clergé dans la pureté l’a plongé dans le vice et nous en constatons le résultat aujourd’hui où les journaux dévoilent régulièrement les abus sexuels des prêtres.

 

Pourquoi la Bible appelle-t-elle ce système Babylone ?

La Bible ne mâche pas ses mots pour définir ce faux système d’adoration :

Apocalypse 17:4-5

« Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution.

[5] Sur son front était écrit un nom, un mystère: Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. »

 

A ce stade de notre étude je suppose que vous avez compris pourquoi la Bible appelle ce système Babylone. C’est Babylone de fond en comble !

  •  Son rituel est babylonien, 
  • Ses doctrines viennent de Babylone, 
  • Ses fêtes sont des fêtes babyloniennes consacrées à ses dieux, Nimrod, Sémiramis, Astarté, Baal, elles ont été légèrement modifiées pour prendre une allure chrétienne.

 

C’est pourquoi Dieu appelle Son peuple à sortir d’elle :

Apocalypse 18:2-4

«  Il cria d’une voix forte, disant: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande! Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux,

[3] parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, et que les rois de la terre se sont livrés avec elle à l’impudicité, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe.

[4] Et j’entendis du ciel une autre voix qui disait: Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux. »

Chers amis, si vous faites partie de Babylone Dieu vous invite à en sortir.

 Nous tenons à préciser que nous ne sommes pas en train de condamner ni blâmer les membres de l’église catholique, nous parlons du système lui-même.

Babylone a incarné la première révolte ou rébellion de l’homme lors de la tour de Babel construite au temps de Nimrod fils de Cush.

Genèse 10:8-10

«  Cusch engendra aussi Nimrod; c’est lui qui commença à être puissant sur la terre.

[9] Il fut un vaillant chasseur devant l’Eternel; c’est pourquoi l’on dit: Comme Nimrod, vaillant chasseur devant l’Eternel.

[10] Il régna d’abord sur Babel, Erec, Accad et Calné, au pays de Schinear. »

 

Aujourd’hui c’est encore Babylone qui incarne la plus grande apostasie de tous les âges. Un faux système qui, pour dominer les consciences et pour dominer le monde, s’allie avec toutes les fausses religions dans une mouvance œcuménique sans précédent.

Autrefois, elle éliminait ceux qui ne voulaient pas la suivre, ceux qui s’accrochaient à la Parole de Dieu. Aujourd’hui, elle change de tactique. Elle est en train de s’allier avec toutes les religions païennes de la Terre, avec toutes les églises, chrétiennes ou pas, pour pouvoir régner en maître.

  Elle cherche non pas à montrer le chemin du salut mais à dominer sur tous pour les perdre. N’oublions pas que derrière ce système se cache Satan, l’ennemi de Dieu et des hommes. Ce système de Babylone est son « chef d’œuvre » de séduction. Il sera démasqué à la fin et il sera détruit par ses propres partisans quand ils se rendront compte qu’ils ont été victimes d’une grande tromperie :

Apocalypse 17:16

« Les dix cornes que tu as vues et la bête haïront la prostituée, la dépouilleront et la mettront à nu, mangeront ses chairs, et la consumeront par le feu. »

« Les dix cornes » c’est-à-dire les dirigeants du monde et la « bête » les USA (son allié qui aura instauré la « Marque de la Bête ») haïront la prostituée la Grande Babylone. Ils démasqueront son identité et la détruiront.

Malheureusement ce sera trop tard pour découvrir la supercherie. C’est maintenant qu’il faut sortir de ce faux système pour pouvoir adorer le vrai Dieu et pour se préparer à le rencontrer.

Que le Seigneur nous donne du discernement spirituel à tous, c’est ma prière, Amen !